26 février 2024

Votre Actualité au Quotidien

politique, médias, religieux, sport …Allez à l'essentiel

Les sanctions contre des députés battent des records à l’Assemblée nationale

Les sanctions contre des députés battent des records à l'Assemblée nationaleLe nombre de sanctions de parlementaires est inédit depuis les débuts de la Vᵉ République. Lundi, lors de la reprise de l’examen du projet de réforme des retraites, le député LFI Aurélien Saintoul a accusé le ministre du Travail Olivier Dussopt d’être un «imposteur» et un «assassin», provoquant une suspension de séance et l’indignation dans tous les autres camps.

L’élu insoumis a présenté ses excuses, mais a écopé de la part du président de séance d’un «rappel à l’ordre avec inscription au procès-verbal», soit le retrait d’un quart de son indemnité parlementaire pendant un mois.

Vendredi, son collègue insoumis Thomas Portes avait été sanctionné par quinze jours d’exclusion de l’Assemblée nationale, après un tweet dans lequel il s’était mis en scène le pied posé sur un ballon à l’effigie du ministre du Travail. Il avait refusé de présenter des excuses dans l’hémicycle.

La même sanction avait été prononcée contre l’élu RN Grégoire de Fournas, auteur de propos racistes en novembre lors d’une séance de questions au gouvernement.

À CONSULTER ÉGALEMENT >> Violences intrafamiliales : retrait de l’autorité parentale après condamnation

Au total, dix sanctions ont été infligées depuis l’élection de la nouvelle Assemblée en juin, et en cinq ans sous la précédente mandature, 15 sanctions avaient été enregistrées. Depuis l’arrivée des élus macronistes, il y a ainsi eu davantage de sanctions que depuis 1958, 23 sanctions ayant été prononcées jusqu’en 2017, informe franceinfo.

N'hésitez pas à nous suivre et à nous aimer :

Laisser votre commentaire

Envoi par email
RSS