Allègement du protocole sanitaire dans les écoles

Allègement du protocole sanitaire dans les écoles« Alors que la fièvre monte, le ministre de l’Éducation nationale, jean-Michel Blanquer ne trouve qu’un remède : casser le thermomètre », dénonce le syndicat national des enseignements de second degré, le Snes-FSU.

Une règle abandonnée pour le variant britannique : « La conduite à tenir autour d’un cas confirmé de la variante britannique est la même que pour le cas général », peut-on désormais lire sur le site du ministère !

La fermeture de la classe pourra malgré tout « être envisagée » après « analyse locale concernant la circulation de cette variante sur le territoire », mais elle n’est plus systématique, souligne Franceinfo.

La règle n’est toutefois pas la même concernant les cas d’élèves infectés par les variants dits brésiliens ou sud-africains. Ces fermetures immédiates restent alors de rigueur. « Tous les élèves de la classe seront assimilés à des contacts à risque », précise en outre le ministère.

À LIRE ÉGALEMENT >> Des médecins appellent à durcir le protocole sanitaire dans les écoles

Toutefois, l’enseignant (et les autres membres du personnel qui interviennent dans la classe) n’est pas considéré d’office comme un contact à risque et « l’apparition de l’une de ces variantes chez un [membre du] personnel n’implique pas automatiquement la fermeture de la classe »

C’est l’autre mesure phare de cet allégement : tandis qu’auparavant, le personnel des écoles était considéré comme contact à risque dès que trois élèves « de fratries différentes » étaient testés positifs, il faudra désormais passer par « une étude approfondie des contacts [qui] déterminera si les personnels de la classe doivent être également considérés comme contacts à risque, conformément aux prescriptions des autorités sanitaires ».

À l’inverse, pourtant, le ministère renforce un autre élément du protocole : « Une fermeture de la classe est également mise en œuvre dès qu’un élève est identifié comme contact à risque d’un parent, d’un membre de la fratrie ou de toute personne vivant dans le même foyer que lui contaminé par une variante sud-africaine ou brésilienne », relève ainsi Franceinfo.

Vous pouvez également aimer

Laisser votre commentaire

Menu Title