La voiture électrique pollue plus que ce que vous pensez

La voiture électrique pollue plus que ce que vous pensezLa voiture électrique pollue plus que ce que vous pensez. Lorsque vous croisez une voiture électrique dans la rue, “l’effet propre” est immédiat. Mais derrière ce contraste saisissant, la voiture électrique est-elle si vertueuse pour l’environnement ? Sa fabrication est énergivore.

Avant même d’avoir parcouru le moindre kilomètre sur la route, la voiture électrique a déjà du plomb dans l’aile. “A la différence des véhicules thermiques, la majorité des impacts environnementaux d’un véhicule électrique interviennent lors de la phase de fabrication”, confirme l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), dans un avis publié en 2016.

Résultat, la fabrication d’un véhicule électrique consomme près du double d’énergie que celle d’un véhicule thermique, selon l’Ademe. L’électricité n’est pas toujours propre

Une fois prête à démarrer, la voiture électrique paraît, là, bien plus avantageuse pour l’environnement. “Le véhicule électrique n’émet pas de NOx [oxydes d’azote] et de COV [composés organiques volatils] à l’échappement”, confirme l’Ademe.

Avec la voiture électrique, la pollution locale est donc fortement réduite dans les grandes villes où la circulation est importante, mais elle se reporte en partie ailleurs.

“L’électricité est une énergie propre sur le lieu de consommation, mais elle peut être polluante sur le lieu de production”, rappelle Claude Crampes, professeur émérite à Toulouse School of Economics et co-auteur d’une tribune sur les limites de la voiture électrique, parue dans Le Monde.

Dans ce cas-là, une voiture électrique n’émet que 25 % de CO₂ en moins qu’un véhicule diesel, selon une étude commandée par l’ONG Transport & Environment.

La situation est aussi critique en Chine, premier marché de la voiture électrique dans le monde, où l’électricité provient à 73 % d’usines à charbon. Dans l’Hexagone, une voiture électrique émet 80 % de CO₂ de moins qu’une voiture diesel, selon l’étude de l’ONG Transport & Environment.

Bref, le bilan actuel de la voiture électrique n’est pas encore très “vert”, confirme Yannick Perez, maître de conférences en sciences économiques à l’université Paris-Saclay et spécialiste de ces voitures, interrogé par franceinfo.

“Si l’on analyse l’ensemble du cycle de vie du véhicule, on ne peut pas affirmer que la voiture électrique est actuellement meilleure pour l’environnement que la voiture thermique estime Yannick Perez.

À lire également : Mise en service du premier train à hydrogène au monde

Vous pouvez également aimer

Menu Title
Follow by Email
RSS