Pour Manuel Valls, « la lutte des classes disparaît au profit de la guerre entre « races » »

Manuel VallsPour l’ancien Premier ministre, la mort d’Adama Traoré est « instrumentalisée par (sa) sœur, Assa, et le collectif de soutien », et « l’idée de l’existence d’un privilège blanc est absurde et dangereuse »

« La lutte des classes disparaît au profit de la guerre entre « races » », estime l’ancien premier ministre Manuel Valls dans un entretien à Valeurs actuelles à paraître jeudi, dans lequel il dénonce aussi l’émergence d’une « logique de la victimisation ».

« L’idée de l’existence d’un privilège blanc est absurde et dangereuse »

Selon lui, « cette logique de la victimisation est renforcée grâce aux liens entre le mouvement indigéniste et une partie de la gauche : le NPA, des écologistes, une frange de La France insoumise, du PC, voire une minorité du Parti socialiste ».




Vous pouvez aussi aimer

Laisser votre commentaire