28 mai 2024

Votre Actualité au Quotidien

politique, médias, religieux, sport …Allez à l'essentiel

La fermeture des petites maternités continue

La fermeture des petites maternités continuePrès de 33 % des maternités ont fermé en 20 ans, de 2001 à 2021. Les pouvoirs publics veulent concentrer les accouchements vers les maternités les mieux équipées, pour des raisons de sécurité, disent-ils, au détriment des moins équipées. C’est d’ailleurs pour cela qu’en 1998, les décrets Périnatalité organisent les maternités en quatre catégories, pour mieux faire correspondre «le niveau de risque pour la patiente et le nouveau-né et le type de la maternité d’accueil», explique la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques.

Dans son rapport 2022 sur les établissements de santé, la Drees constate que cette politique de restructuration et de concentration des maternités a les effets escomptés, puisque les établissements de types 2* et 3* s’imposent au fil des années. En 1996, 43 % des accouchements ont eu lieu dans des maternités de types 2 et 3 et en 2020, cela est passé à 81 %.

Autrement dit, tout cela s’opère au détriment des maternités de type 1, de petites maternités, qui sont aussi les premières visées par les fermetures. «La réduction de l’offre constatée depuis 2002 s’est concentrée sur les maternités effectuant moins de 1 000 accouchements et surtout sur celles de moins de 500 accouchements», précise d’ailleurs un rapport de la Cour des comptes, en décembre 2014.

À CONSULTER, POURQUOI PAS >> Le droit à la santé n’est plus garanti en France

Un rapport remis en février dernier à l’Académie de médecine préconise d’ailleurs la fermeture d’une centaine d’autres petites maternités, plus exactement celles qui assurent moins de 1 000 accouchements par an. Au-delà de ces arguments, les difficultés financières rencontrées par ces petites maternités ne doivent pas jouer en leur faveur. Le rapport de la Cour des comptes de fin 2014 évoque notamment «le sous-financement structurel des maternités qui ne peuvent trouver un équilibre qu’à partir de 1 100 à 1 200 accouchements par an en raison d’une déconnexion ancienne des tarifs et des coûts réels».

*Dans le détail, une maternité de type 1 est un établissement qui possède un service d’obstétrique. Elle est de type 2a quand un service de néonatologie est sur le même site que le service d’obstétrique. Une maternité passe en type 2b quand elle a, en plus, un service de soins intensifs néonatals. Et enfin, un établissement est de type 3 lorsqu’il possède tous ces services et également, un service de réanimation néonatale.

N'hésitez pas à nous suivre et à nous aimer :
author avatar
Société de médias - PCI

Laisser votre commentaire

Envoi par email
RSS