« Les femmes doivent savoir qu’elles ont la loi de leur côté » pour l’allaitement dans un lieu public

Au vu du nombre de réactions et de soutien que l’histoire d’une jeune Bordelaise, giflée pour avoir allaité son enfant, a suscité sur Internet (son témoignage a été mis en doute depuis), il semble que l’allaitement dans un lieu public fasse encore des remous de nos jours.

La loi en préparation ne contient que deux articles : le premier crée un délit passible de 1 500 euros d’amende pour qui interdit ou tente d’interdire à une femme d’allaiter dans l’espace public ou dans un établissement accueillant du public. Le second article vient, quant à lui, écrire noir sur blanc que le fait d’allaiter en public, n’est pas constitutif d’une exhibition sexuelle. C’est ce qui est très souvent reproché aux femmes qui le font.

À CONSULTER ÉGALEMENT >> Ces femmes qui ne veulent pas être mères en « banalisant le non-désir d’enfant »

J’ai vu ce qui s’était passé récemment avec la jeune femme à Bordeaux, mais on voit une multiplication d’événements similaires en France comme à Biscarrosse où une femme a été priée de sortir d’un commerce pour allaiter.

Avec cette loi, le doute n’est plus permis, et on redonne aux femmes un droit qui leur est fondamental. Finalement, on constate des cas de femmes, qui auraient aimé allaiter, mais ne le font pas parce qu’elles ne savent pas comment elles vont gérer si leur bébé se met à pleurer dans un magasin ou dans une administration parce qu’il a faim.

Je ne le sais pas, mais au moins les femmes doivent savoir qu’elles ont le droit et la loi de leur côté.

Fiona Lazaar est vice-présidente de la délégation du Droit des femmes à l’Assemblée nationale, je suis déterminée à faire adopter cette loi.

Vous pouvez également aimer

Laisser votre commentaire