Les prévisions de l’Insee pour l’emploi en France sont inquiétantes

Les prévisions de l’Insee pour l’emploi en France sont inquiétantes

Paradoxalement, malgré la baisse de l’emploi, le taux de chômage avait reculé au premier semestre (à 7,1%) car pendant le confinement un grand nombre de personnes sans emploi avaient interrompu leurs recherches, conduisant à une baisse du nombre de chômeurs au sens du bureau international du travail (BIT).

Mais, cet effet, spécifique au confinement, s’estompera en grande partie au second semestre avec un taux de chômage prévu à 9% au troisième trimestre puis à 9,7% fin 2020. En septembre, l’Insee tablait sur un taux “autour de 9,5%”.

Cette hausse est la conséquence des suppressions d’emploi massives intervenues au premier semestre (715 000 emplois salariés), qui augmenteraient très légèrement au second semestre pour atteindre 730 000 emplois salariés et 840 000 emplois au total.

Au second semestre, la quasi-stabilité de l’emploi salarié est la conséquence de deux effets opposés : “d’une part, le rebond de l’activité et la reprise des embauches dans certains secteurs (industrie hors matériels de transport, construction, commerce, services aux entreprises et services non marchands) dynamiseraient l’emploi: d’autre part, les effectifs continueraient de se réduire dans les secteurs affectés durablement par la crise (transports et services aux ménages)”.

Donc le taux de chômage en France grimperait à 9,7% de la population active en fin d’année, soit 1,6 point de plus qu’un an plus tôt, selon la note de conjoncture de l’Insee publiée mardi 6 octobre.

Vous pouvez également aimer

Laisser votre commentaire

Menu Title
Follow by Email
RSS