Eau de Vittel : fronde locale contre le projet d’aqueduc

Eau de Vittel : fronde locale contre le projet d’aqueducEau de Vittel : fronde locale contre le projet d’aqueduc. Trois industriels (dont Nestlé Waters qui possède les marques Vittel, Contrex, Hépar, Perrier, Valvert, San Pellegrino) ainsi que trois communes (Vittel, Contrexéville et Bulgnéville) pompent actuellement de l’eau dans la nappe aquifère des grès du Trias inférieur (GTI), située à 100 mètres de profondeur.

Le projet d’aqueduc, voté par la Commission locale de l’eau (CLE) le 3 juillet dans le cadre du schéma d’aménagement et de gestion des eaux (Sage), sera cofinancé par le conseil départemental des Vosges et l’Agence de l’eau à hauteur de 8 à 17 millions d’euros. Insuffisant pour le Collectif de l’Eau de l’Ouest Vosgien qui a lancé une pétition visant à faire annuler le projet.

Le réservoir est vidé de trois millions de m3 chaque année, il n’en produit que deux millions par an, insuffisant pour pleinement se reconstituer. D’où l’idée d’exploiter d’autres nappes phréatiques.

Face au déficit inquiétant de la nappe, la « solution » proposée par la CLE consiste à alimenter la collectivité avec une eau transférée par pipelines depuis les secteurs voisins (les coûts induits seront répercutés sur les factures d’eau). Sur les pancartes des manifestants, on pouvait lire «Élus=vendus à Nestlé ?», « L’eau est de l’or pour l’humanité, pas pour Nestlé.» Arlette Jaworski, adjointe à l’environnement de la commune, dénonce la présence dans la CLE de personnes ayant travaillé pour Nestlé et réclame « une charte de déontologie ». L’époux de la conseillère départementale et ancienne présidente de la CLE, Claudie Pruvost, est un ancien cadre de Nestlé Waters.

À lire également >> La qualité de l’eau en France se dégrade encore

Vous pouvez également aimer

Laisser votre commentaire

Menu Title
Follow by Email
RSS