Financer les énergies renouvelables coûte très cher aux consommateurs

Financer les énergies renouvelables coûte très cher aux consommateursRien n’est clair dans la politique énergétique de la France. Ce jeudi, dans un entretien à France Info depuis la Polynésie française, après avoir expliqué qu’il « fallait un cap clair », Emmanuel Macron a pris le contre-pied de sa propre politique énergétique et défendu le nucléaire, en parlant de notre « chance » et prônant le « cas par cas » pour l’éolien !

Pour accélérer l’installation des éoliennes, l’État a nationalisé le processus de décision de l’implantation de champs d’éoliennes, retirant aux communes l’instruction des permis de construire pour les confier aux Préfets.

Ni clair, ni sérieux. Du Président de la République à ses ministres, rien n’est décidément clair ni très sérieux dans cet exécutif. Il s’agit pourtant de l’avenir de la France.

Il faut soumettre l’installation d’éoliennes au Code de l’urbanisme comme n’importe quelle autre installation industrielle. Il faut cesser de racheter l’électricité que produisent les éoliennes au-dessus des conditions du marché. Ce « en même temps » devient la politique du « tout et son contraire » ! Ainsi ne verront le jour que les projets qui ont un sens économique et un réel intérêt énergétique, ceux qui répondent à un réel besoin de consommation : en quantité, en qualité, au bon moment et au bon endroit.

À LIRE AUSSI >> Une décision incohérente « l’Arrêt de Fessenheim »

Le Président doit changer sa politique, devenir cohérent dans les mots et dans les actes et stopper tout de suite le plan pluriannuel de démantèlement de nos centrales nucléaires. Prolonger la durée de vie des réacteurs jusqu’à 60 ans grâce à des investissements de maintenance et de sûreté et engager une première série de constructions de six EPR (réacteur pressurisé européen) de nouvelle génération

– Déployer les miniréacteurs nucléaires (Small modular reactor – SMR) pour le renouvellement du parc de 1ʳᵉ génération

– Accélérer la R & D sur la 4ᵉ génération de réacteur nucléaire et de la fusion nucléaire pour anticiper les futurs renouvellements à moyen et long terme.

La France était le dixième producteur mondial d’électricité en 2018 et le premier pays exportateur au monde.

Vous pouvez également aimer

Laisser votre commentaire