RE 2020 : fin du gaz, confort d’été, bois… Que prévoit la nouvelle réglementation

Cette RE 2020 est en préparation depuis 2015, « un temps long que nous avons mis au service de l’ambition », assure Barbara Pompili. « Pour faire en sorte que les bâtiments de demain consomment le moins d’énergie possible, la RE 2020 s’appuie sur un nouvel indicateur, le Bbio.

C’est l’autre grand objectif de cette nouvelle réglementation : « sortir des énergies fossiles dès 2024 ». Avec dans le viseur, notamment, le gaz naturel, « les logements au gaz étant encore majoritaires en constructions neuves », précise le ministère.

En maison individuelle, où les solutions non fossiles sont très courantes et parfaitement maîtrisées (notamment la pompe à chaleur ou le chauffage biomasse), le seuil sera fixé à 4 kgCO2/m2/an dès l’entrée en vigueur de la RE 2020. « Ce seuil très bas exclut de fait des systèmes utilisant exclusivement du gaz », précise Barbara Pompili. « Alors qu’une maison moyenne existante chauffée au gaz émet près de 5 tonnes de CO2/an, la même maison aux normes RE 2020 émettra moins de 0,5 tonne, soit 10 fois moins, illustre la ministre. »

La RE 2020 pousse également à une sortie du chauffage au gaz dans les logements collectifs. 75 % des logements collectifs nouvellement construits sont encore chauffés au gaz, justifie le ministère de la Transition écologique. Le seuil sera d’abord fixé à 14 kgCO2/an/m2, laissant ainsi encore la possibilité d’installer du chauffage au gaz à condition que les logements soient très performants énergétiquement.

Ensuite, dès 2024, le seuil sera ramené à 6 kgCO2/m2/an, excluant de fait le chauffage exclusivement au gaz, mais permettant le développement de solutions innovantes, y compris hybrides (telles des pompes à chaleur utilisant un léger appoint de gaz en cas de grand froid).

Autre nouveauté, un « indicateur de confort d’été » qui sera calculé lors de la conception du bâtiment sur la base d’un scénario météo similaire à la canicule de 2003 et s’exprimera en degré.heure, explique le ministère de la Transition écologique. La RE 2020 fixera alors un seuil haut maximal de 1.250 DH qu’il sera interdit de dépasser, ce qui correspondrait à une période de 25 jours durant laquelle le logement serait continûment à 30 °C le jour et 28 °C la nuit.

Le gouvernement espère ainsi encourager l’innovation dans des solutions bas carbone. Voire systématiser les modes constructifs qui émettent peu de gaz à effet de serre. « Cela signifie notamment construire plus souvent puis systématiquement avec du bois et des matériaux biosourcés, qui stockent le carbone pendant la durée de vie du bâtiment ». La marche à franchir est de taille. « Les maisons à ossature bois représentent moins de 10 % du marché neuf en France et encore moins dans le grand collectif, en convient Emmanuelle Wargon. C’est pourquoi cette réglementation sur la partie construction ne peut être que progressive, le temps que les filières montent en puissance et se structurent. »

Inscrivez-vous à notre lettre d’information




Vous pouvez aussi aimer

Laisser votre commentaire