La justice européenne freine la transparence anti-blanchiment

La justice européenne freine la transparence anti-blanchimentC’est un sérieux coup de frein donné à la transparence financière en Europe. Au nom du respect de la vie privée, la Cour de justice de l’Union européenne invalide une directive anti-blanchiment. Elle permettait notamment au grand public de consulter les registres de bénéficiaires des sociétés enregistrées sur le Vieux Continent. À l’origine, l’initiative de deux propriétaires de sociétés immatriculées au Luxembourg.

Un moyen de lutter contre les sociétés-écrans dirigées par des hommes de paille. Aussitôt connue la décision de la CJUE, le gouvernement luxembourgeois a annoncé la suspension de l’accès par internet au « registre des bénéficiaires effectifs ». Les Pays-Bas, également critiqués pour leurs pratiques fiscales, ont pris une mesure similaire.

Transparency International estime que sans ces registres, bon nombre d’enquêtes anti-blanchiment n’auraient pas abouti. « Alors qu’il n’y a jamais eu autant d’argent sale en circulation, cette décision porte un coup à l’une des mesures de transparence financière les plus importantes des vingt dernières années », a estimé Patrick Lefas, président de Transparency International France, interrogé par l’AFP.

A CONSULTER AUSSI >> Les Français sont toujours attachés à l’argent liquide

« La décision de la CJUE risque de nous replonger dans le noir et l’ignorance », a expliqué Patrick Lefas dans un communiqué. « C’est un recul, un coup porté à la lutte contre la corruption et les paradis fiscaux », a déclaré à l’AFP Quentin Parrinello, un porte-parole d’Oxfam sur les sujets de fiscalité.

Vous pouvez également aimer

Laisser votre commentaire

Menu Title
Follow by Email
RSS