Le gouvernement s’attaque aux émissions polluantes du chauffage au bois

Le gouvernement s'attaque aux émissions polluantes du chauffage au boisUne pollution « particulièrement impactante pour la santé humaine » à laquelle le gouvernement a décidé de s’attaquer avec un « plan d’action » qui vise à réduire de 50 % les émissions de polluants du chauffage au bois domestique d’ici à 2030.

Il n’est pas question de remettre en cause le recours à la ressource bois, « mais seulement certaines pratiques d’utilisation », assure le ministère de la Transition écologique, qui souligne « la faible prise de conscience dans la population » face à la nocivité des émissions de leurs équipements.

Les vieux appareils au bois non performants sont les premiers visés par ce plan. Le gouvernement table sur le remplacement de 600 000 d’entre eux d’ici à 2025, via l’installation de poêles à bûches ou à granulés et celle d’insert dans les foyers ouverts. Un texte est en préparation pour rendre le ramonage obligatoire tous les ans partout en France.

À LIRE AUSSI >> Selon l’UFC Que Choisir, l’agriculture reste la première source de pollution de l’eau potable en France

Pour cela, les Français peuvent bénéficier des aides du fonds Air Bois développées par les collectivités, qui peuvent être cumulées avec MaPrimeRenov’, l’aide à la rénovation énergétique des logements et les certificats d’économies d’énergie. « Ces aides peuvent atteindre jusqu’à 90 % du coût d’un nouvel équipement pour les ménages les plus modestes », précise le ministère de l’Écologie.

« Toutes ces mesures vont dans le bon sens », juge le directeur général de l’association Respire, Tony Renucci. » Selon lui, peu de gens savent que le chauffage au bois individuel pollue : « Rappelez-vous la polémique à Paris en 2014, lorsque les feux de cheminée devaient être interdits.

Pour expliquer les enjeux, le gouvernement a prévu une campagne de communication nationale chaque hiver. « Il faudra que ce soit très clair, à la fois sur les sources de pollution liée à la combustion, les conséquences des particules fines sur la santé et les outils mis à disposition », prévient Tony Renucci, qui plaide pour que se chauffer au bois « devienne un geste responsable ».

Vous pouvez également aimer

Laisser votre commentaire