Le discours de Macron “n’apporte rien de nouveau” pour la presse

Le discours de Macron Le discours de Macron “n’apporte rien de nouveau” pour la presse. Emmanuel Macron a appelé mardi à une “mobilisation nationale” pour les quartiers en difficulté. “Toute la politique de l’emploi menée par le gouvernement est bonne pour les quartiers”, a plaidé le président, en citant en particulier la priorité donnée au retour à l’emploi des chômeurs, trois fois plus nombreux parmi les personnes qui habitent dans les 1.514 quartiers les plus pauvres de France.

Le chef de l’État a en outre fait une priorité de la lutte contre la radicalisation, qui “s’est installée” dans certains quartiers “parce que la République a démissionné”.

“Une petite phrase, pourtant, donne le sentiment que quelque chose pourrait bien changer, un jour, dans la conception et la réalisation de ces plans pour l’heure tellement en échec : ce qu’il faut, a dit le chef de l’État, ce n’est ‘pas une politique sociale, c’est une vraie politique économique'”, note-t-il.

“Jusqu’alors, dans ces quartiers urbains où le chômage touche plus de 25 % et parfois jusqu’à 50 % de la population, où la pauvreté frappe 40 % des habitants, les plans se résumaient vite à une distribution de subsides et de subventions, avec la meilleure bonne volonté possible”, salue-t-il.

L’ancien ministre de la Ville Jean-Louis Borloo va aider Emmanuel Macron dans la mise en place du plan du gouvernement en faveur des quartiers en difficulté.

En revanche, les contrats aidés qu’Emmanuel Macron aimerait voir disparaître au profit d’emplois normaux en entreprises sont encore indispensables dans ces quartiers où le chômage culmine.

“Comment peut-on prononcer un discours sur la politique de la ville quand on casse le logement social et les emplois aidés ?”, avait lancé l’ancienne patronne du PS. On a entendu dans les commentaires autour de la visite présidentielle que ‘c’était bien pire dans les années 90’, mais aussi que ‘le désespoir a succédé à la colère…'”

Pour prouver sa bonne foi, le ‘sauveur des banlieues’ a accompagné ses promesses d’une annonce politique de taille : le retour, à ses côtés, de Jean-Louis Borloo”, ajoute Jean-Michel Servant dans Le Midi Libre.

Vous pouvez également aimer

Laisser votre commentaire

Menu Title
Follow by Email
RSS