Accouchement à domicile : une féministe dénonce la « chasse aux sorcières » contre « les sages-femmes »

Durant la pandémie, les demandes d’accouchement à domicile ont été multipliées par dix dans certaines régions. Les mesures sanitaires dans les hôpitaux ont poussé certaines futures mamans à faire ce choix qui « n’est pas plus dangereux qu’un accouchement à l’hôpital lorsque la grossesse est à bas risque », affirme-t-elle.

Marie-Hélène, féministe, auteur du blog « Marie accouche-là » et du livre « accouchement, les femmes méritent mieux » (éditions Michalon, 2018), a dénoncé vendredi 3 août sur franceinfo la « chasse aux sorcières » en France depuis quelques années contre les sages-femmes qui pratiquaient « l’accouchement à domicile violemment réprimé par les pouvoirs en place ».

C’est plus un choix individuel, librement réfléchi et grâce à toute l’information qui est toujours disponible, de nombreuses femmes comprennent que c’est un choix qui est tout à fait légitime et tout à fait sécurisé, à condition qu’elles trouvent bien sûr une sage-femme pour les accompagner.

SUR LE MÊME SUJET >> Une sage femme devant le Conseil de l’Ordre pour un accouchement

Il y a beaucoup de sages-femmes qui seraient prêtes à reprendre ce travail ou à s’investir dans cette profession, à condition que ce soit dans de bonnes conditions, qu’elles aient accès à des assurances professionnelles, que le ministère de la Santé les soutienne et qu’il y ait la capacité pour elles de s’investir dans un réseau de professionnels.

Par ailleurs, la science montre qu’il n’y a pas plus de risques d’accoucher à domicile pour les grossesses à bas risque lorsqu’elles sont accompagnées de sages-femmes et qu’il y a, à proximité, un hôpital en cas de nécessité de transfert.

Vous pouvez également aimer

Laisser votre commentaire