Les hôtesses d’accueil en ont marre de leur rôle de « potiche »

Mépris, racisme, diktat de la minceur: lasses de se voir réduites à un rôle de « potiches », les hôtesses d’accueil se rebellent contre le sexisme qui gangrène leur métier, multipliant cet été prises de paroles sur les réseaux sociaux et pétitions.

« Tiens, on recrute des femmes de ménage, maintenant? » lorsque trois femmes noires sortent de l’ascenseur pour un entretien. « Non, elle, on ne peut pas l’embaucher, elle est gentille mais faut qu’elle se mette au sport »…Ex-hôtesse dans l’événementiel elle-même, Natasha a l’habitude d’entendre ces remarques racistes ou sexistes depuis qu’elle est devenue recruteuse.

« Se mobiliser sur les réseaux sociaux nous permet de discuter, de se connaître », explique Alice. Car « il suffit qu’on se plaigne pour que notre agence ne nous rappelle plus », assure-t-elle, justifiant ainsi son anonymat.

Alice demande à rencontrer Muriel Pénicaud, la ministre du Travail, qu’elle appelle à lancer un « plan d’action » pour mettre fin au sexisme envers les hôtesses. Signer la pétition.

Le cabinet de Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat à l’égalité femmes-hommes et également destinataire de la pétition, a fait savoir qu’elle ne souhaitait pas faire de commentaire.

« C’est comme si se faire draguer faisait partie de leur rôle », relevait dans Libération, vendredi, la sociologue Gabrielle Schütz, auteure du livre « Jeunes, jolies et sous-traitées.

Le 26 juillet, en réaction à la pétition demandant la fin des hôtesses sur le Tour de France, Mme Schiappa reconnaissait « quelque chose d’un peu suranné » dans cette pratique et rappelait que plusieurs autres sports y avaient mis fin.

Taille 36 imposée, talons hauts, cheveux lisses et peau blanche: ces critères reviennent régulièrement dans les témoignages publiés sur le compte Twitter #PastaPotiche.

Lire aussi : Le gouvernement évoque un allongement de la durée de travail




Vous pouvez aussi aimer

Laisser votre commentaire