Gérard Collomb veut mieux distinguer migrants et réfugiés à l’avenir

Gérard Collomb veut mieux distinguer migrants et réfugiés à l'avenirGérard Collomb veut mieux distinguer migrants et réfugiés à l’avenir. Si l’on ne fait pas la distinction entre le droit d’asile et les autres motifs de migration, ce sera le droit d’asile qui sera remis en cause. » indique Gérard Collomb.

Selon le ministre, « 20 % des places en centre d’accueil et de demandeurs d’asile (Cada) sont occupés par des gens qui viennent d’Albanie, sans visa, et qui font une demande d’asile en arrivant en France ».

Cette distinction entre demandeurs d’asile et migrants économiques avait déjà été évoquée le 12 juillet par le gouvernement, lors de la présentation d’un « plan migrants » qui prévoit notamment plus de 12 000 places d’hébergement pour les demandeurs d’asile et les réfugiés d’ici 2019.


Pour mettre en place sa politique face à la crise des migrants, une des pistes évoquées par Emmanuel Macron est la création de centres d’enregistrement (« hotspots ») pour demandeurs d’asile en Libye, pour réguler les flux de migrants en amont.

Le chef de l’État « a souhaité que soient mis en place des centres d’orientation pour les demandeurs d’asile dans des pays situés au sud de la Libye », a ajouté le ministre de l’Intérieur.

Pour le ministre, les réfugiés doivent être accueillis plus rapidement et les migrants économiques effectivement reconduits.




 

Vous pouvez également aimer

Laisser votre commentaire