Votre actualité au quotidien

Conway sceptique face à la malchance, Toyota admet une erreur

Toyota admet une erreur
15/06/2019 – Les mines étaient sombres sur la deuxième marche du podium des 24 Heures du Mans, après une défaite concédée tardivement
Continuer la lecture

« On a toujours un problème à ce poste » : les gardiennes de but sont-elles vraiment les maillons faibles du foot féminin ?

les gardiennes de but
17/06/2019 – Le niveau du foot féminin a énormément progressé ces dernières années.
Continuer la lecture

Le statut de « super infirmière » soulève l’hostilité

Le statut de Le statut de « super infirmière » soulève l’hostilité. La création par décret d’un statut d’infirmière en pratique avancée (IPA), voulu pour lutter entre autres contre les déserts médicaux, soulève l’hostilité des médecins, tandis que les infirmiers, eux, regrettent un rendez-vous manqué. Les médecins qu’on déchargerait de certaines tâches pour qu’ils se recentrent sur leur cœur de métier.

« A notre sens, il ne va pas assez loin », regrette Catherine Kirnidis, président du Syndicat national des infirmières et des infirmiers libéraux (SNIIL). Selon elle, les futures « super infirmières » n’auront pas assez d’autonomie, soumises qu’elles seront à un protocole toujours décidé par le médecin.

Les médecins ne sont pas satisfaits non plus par la création de ce statut d’infirmière en pratique avancée.

Dans les faits, alors que les infirmières estiment qu’elles n’auraient pas assez d’autonomie par rapport aux médecins, ceux-ci considèrent qu’elles en auraient trop.

« Elles auront un droit de prescription, elles pourront faire un examen clinique, faire l’historique du patient », détaille Philippe Vermesch, président du Syndicat des médecins libéraux (SML).

Mais il y a des zones où il y a un risque que ces IPA échappent, on ne va pas dire à la surveillance, mais à la coopération avec le médecin ». Au Syndicat des médecins libéraux, on prévient d’ailleurs que ce nouveau statut risque de créer une forme de concurrence entre ces IPA et les médecins généralistes.

Pour lui, « ce qui soulagerait les médecins, c’est d’avoir des assistantes et des secrétariats pour traiter tout ce qui est administratif et qui mange 40% à 50% de leur temps médical ». C’est flou, et quand c’est flou il y a un loup », prévient Jean-Paul Ortiz.

A lire également : Muriel Penicaud : le burn-out n’est pas une maladie professionnelle




Heure à Paris :



Hallucinant-Voici le compteur de la surpopulation mondial :
EDITO


13/06/2019 : Privatisation ADP Le site mis a la disposition pour voter contre la privatisation des Aéroport de Paris n'est pas fonctionnel ! ! Il ne reconnait pas l'endroit ou vous votez c'est un comble ! c'est a ce demander si cela n'est pas fait exprès car cela contrary le gouvernement Macron. Espérons que les parti politique qui ont souhaiter cela se saisisse de cette nouvelle affaire car ADP gagne de l'argent et beaucoup d'argent mais lorsqu'une société gagne de l'argent la droite privatise comme ce fû le cas avec les autoroutes et ont en voie le résultat pour les utilisateurs

Consulter les archives édito



« Il doit rassembler la gauche » : Glucksmann se range derrière le leadership de Jadot

Raphaël Glucksmann

10/06/2019 – Arrivé en sixième position aux élections européennes, Raphaël Glucksmann entend aider à l’union d’une gauche divisée. Sur le plateau de France 3, l’eurodéputé PS-Place Publique se dit prêt à suivre Yannick Jadot et tend la main à Jean-Luc Mélenchon.
Continuer la lecture

Les inégalités sociales se creusent en Ile-de-France

inégalités sociales

03/06/2019 – 19 % de la population française y vit, 30 % du PIB y est produit mais les écarts entre riches et pauvres sont de plus en plus importants en région parisienne. Une étude publiée ce lundi révèle les dessous de cette évolution depuis le début des années 2000.
Continuer la lecture


Un couple risque jusqu’à 750 € d’amende pour un autocollant sur sa plaque d’immatriculation

plaque d'immatriculation

08/06/2019 – Un couple originaire de Toulon a reçu, en juin 2018, une amende de 90 € pour avoir posé un autocollant sur sa plaque d’immatriculation au niveau du numéro de département.
Continuer la lecture