Votre actualité au quotidien

XV de France – Quel jeu pour être champion du monde en 2019 ?


23/10/2018 – XV DE FRANCE – Il y a trois ans en Angleterre, les Bleus avaient fait le choix d’un rugby « tout physique ». A contre-temps des autres nations, ils avaient payé cher cette option.
Continuer la lecture

Cj Cup 2018 : Koepka numéro un mondial

Golf

23/10/2018 – Brooks Koepka remporte la CJ Cup 2018. Avec un score de -21, l’Américain devance Gary Woodland de 4 coups et devient numéro un mondial.
Continuer la lecture

Bruxelles interdit aux entreprises européennes d’obéir aux États-Unis

Bruxelles interdit aux entreprises européennes d'obéir aux États-UnisL’Union européenne a annoncé ce lundi qu’elle allait activer, dès mardi matin, la « loi de blocage » qui protège les entreprises européennes des sanctions américaines. Les États-Unis ont-ils le droit de sanctionner une entreprise non-américaine pour ses relations avec un pays tiers ? Pour l’Union européenne, il n’en est pas question : c’est pour cette raison que la Commission européenne a annoncé la réactivation, dès mardi matin, précisément au moment où les sanctions américaines entreront en vigueur, de la « loi de blocage ».

Une loi jamais vraiment mise en oeuvre. En échange, cette « loi de blocage » assure aux entreprises une indemnisation en cas de préjudice lié aux sanctions américaines, et elle annule l’effet de toute décision de justice étrangère en lien avec ces sanctions.

Des exceptions possibles. Ainsi, la portée de cette « loi » est plus politique qu’économique, selon ce même responsable européen : « C’est un signal politique adressé par l’UE : _ce n’est pas un remède miracle, mais il a un caractère dissuasif_, pour empêcher l’application de sanctions à des personnes ou des entreprises non américaines », explique-t-il.

La Commission européenne se veut stricte : à compter de mardi matin, si une entreprise européenne se plie aux exigences américaines, elle sera passible de pénalités financières… fixées par les États membres de l’UE.

Ce règlement devrait plus profiter aux PME qu’aux grands groupes qui risquent gros à se fâcher avec les États-Unis, car ceux-ci peuvent demander une dérogation : « Les entreprises qui décident de se retirer d’Iran à cause des sanctions doivent demander l’autorisation et justifier les raisons de leur retrait, pour être exonérées de pénalités européennes ».

Note : pour un fois que l’Europe prend une décision courageuse envers les USa cela est à mettre à leur crédit.

A lire également : L’Europe veut muscler sa défense et s’affranchir des Etats-Unis




Heure à Paris :


Hallucinant – Consultez le compteur de la surpopulation mondial ICI

 
EDITO

Consulter les archives édito


Opel soupçonné à son tour de fraude au moteur diesel

17/10/2018 – Le constructeur allemand, détenu par PSA, est visé par une enquête. Il est suspecté d’avoir installé des logiciels illégaux sur les moteurs diesel de trois de ses modèles.
Continuer la lecture

« Déshonneur », « infamie », « paresse » : François Ruffin s’emporte après le rejet d’une proposition de loi sur les enfants handicapés

12/10/2018 – Il s’agissait d’une proposition de loi LR et pourtant, le député La France insoumise François Ruffin a dénoncé son rejet avec conviction jeudi soir à l’Assemblée nationale.
Continuer la lecture


Sondage: Mitterrand, meilleur président de la République de ces 40 dernières années

05/10/2018 – Un sondage Odoxa-Dentsu consulting révèle ce mercredi que, selon les Français, François Mitterrand a été le meilleur chef de l’Etat de ces quarante dernières années.
Continuer la lecture