Avec la sécheresse, Véolia explique : « Il va falloir compenser notre retard dans le recyclage des eaux usées»

Avec la sécheresse, Véolia explique : « Il va falloir compenser notre retard dans le recyclage des eaux usées»Se servir des eaux usées pour irriguer les champs, faire tourner des usines et même produire de l’eau potable : c’est le principe du « recyclage des eaux usées », qui consiste à réinjecter les eaux sales dans le circuit de l’eau classique, grâce à un traitement spécifique.

Une technologie efficace pour affronter la sécheresse et qui devrait s’imposer en France dans les prochaines années, défend mardi 2 août sur franceinfo Pierre Ribaute, directeur général de Veolia Eau France. « Moins de 1 % des eaux usées sont actuellement traitées à des fins de réutilisation », détaille-t-il. « C’est 8 % en Italie, 15 % en Espagne… Il va falloir compenser notre retard.»

Selon Pierre Ribaute, le changement climatique va de toutes les manières contraindre la France à faire des efforts : « Notre pays a un climat tempéré qui va évoluer vers un climat semi-aride. Comme en Israël, à Malte, en Italie ou en Espagne, des pays dans lesquels le manque d’eau a conduit à recycler les eaux usées.

Jusqu’à présent, nous manquions peu d’eau en France, mais cette situation est irrévocablement en train de changer », souligne-t-il, tout en assurant qu’il existe un réel « savoir-faire » depuis des décennies et des technologies suffisantes pour multiplier les projets fiables de recyclage de l’eau à grande échelle. En revanche, « la réglementation doit évoluer en France », estime-t-il.

À LIRE ÉGALEMENT >> Le cycle de l’eau douce, la sixième limite planétaire vient d’être franchie

Parmi les projets en cours, susceptible de démocratiser la transformation des eaux usées en eau potable : celui de Vendée Eau qui prévoit d’utiliser les eaux de la station d’épuration des Sables d’Olonne pour garantir la consommation de 200 000 habitants. «90 % de l’eau en Vendée provient des rivières… Or, avec la sécheresse, elles ne permettent plus de répondre à la demande. Nous sommes donc convaincus que ce type de projet va se multiplier », conclut Pierre Ribaute.

Vous pouvez également aimer

Menu Title
Follow by Email
RSS