Face à l’illettrisme, il y a deux départements ou les jeunes sont en grande difficultés de lecture

Emmanuel Macron se rend jeudi dans les deux départements concentrant le plus 16-25 ans en difficultés de lecture : la Somme et l’Aisne. La part des jeunes en difficultés de lecture s’élève à 12,9 % dans l’Aisne et 12,2 % dans la Somme contre 4,6 % à Paris, lit-on dans une note des services statistiques de la rue de Grenelle mise en ligne cette semaine.

Ceux qui rencontrent les problèmes les plus sévères et qui représentent 4,6 % de l’ensemble, se caractérisent par un déficit important de vocabulaire.

Les difficultés de lecture diminuent, bien sûr, à mesure que le niveau d’étude s’élève : elles se rencontrent chez 43,5 % de ceux qui n’ont pas dépassé le collège, mais qui ne représentent que 2,6 % des jeunes. On compte 3,5 % de jeunes décontenancés devant un texte écrit parmi ceux qui ont suivi des études générales ou technologiques au lycée.

Dans le détail, la part des jeunes en difficulté de lecture s’élève à 12,9 % dans l’Aisne, 12,2 % dans la Somme et 11,1 % dans l’Oise. En Île-de-France, la part des jeunes en difficulté varie de 4,6 % à Paris à 11,9 % en Seine-Saint-Denis. Concernant l’outre-mer, les pourcentages sont nettement plus élevés : 28 % pour la Guadeloupe et la Martinique, 25,4 % pour la Réunion, 46,6 % en Guyane et 71,1 % à Mayotte.

Vous pouvez également aimer

Laisser votre commentaire