18 mai 2024

Votre Actualité au Quotidien

politique, médias, religieux, sport …Allez à l'essentiel

Les nouvelles modalités du brevet annoncé par Gabriel Attal

Les nouvelles modalités du brevet annoncé par Gabriel AttalMardi 5 décembre, Gabriel Attal a présenté ses mesures pour «élever le niveau» des élèves, dans la foulée de la publication de l’enquête Pisa, qui compare les systèmes éducatifs dans le monde entier, et dont les résultats ne sont pas bons, en particulier pour la France.

Parmi les annonces, la facilitation du redoublement, la répartition des collégiens par groupes de niveaux en maths et français, et la modification des modalités du brevet des collèges. Le principal changement, c’est que ce diplôme va devenir le sésame pour passer au lycée, qu’il soit général, technologique ou professionnel.

Dès l’édition 2025, en cas d’échec, l’élève sera redirigé vers une classe intermédiaire baptisée « prépa-lycée », qui ne sera ni un redoublement de la 3ᵉ, ni une seconde normale. Cette classe sera en vérité un niveau avec des cours dédiés, délivrés au lycée, sans que l’on ait plus de détails pour le moment.

À CONSULTER AUSSI >> Pour Gabriel Attal, il faut : « Un électrochoc à tous les niveaux» contre le harcèlement scolaire

Les épreuves finales du brevet compteront aussi un peu plus qu’aujourd’hui sur la note globale : pour 60 % au lieu de 50 % actuellement, au détriment du contrôle continu, qui va donc perdre de l’importance.

Enfin, le ministre veut également supprimer les « correctifs académiques ». Cette pratique permet d’augmenter artificiellement les notes dans une académie pour qu’elle soit dans l’échelle nationale. Cette mesure pourrait faire baisser les prochains résultats nationaux, mais Gabriel Attal l’assume. En revanche, la phase d’harmonisation entre correcteurs pour s’entendre sur leurs pratiques va perdurer, annonce franceinfo.

Une « expérimentation à grande échelle» de l’uniforme sera mise en place avec une multitude d’établissements scolaires, informe Gabriel Attal sur franceinfo mercredi 6 décembre. « Je suis partagé sur la question de l’uniforme et pas convaincu que cette solution permettrait de tout régler», reconnaît le ministre de l’Éducation nationale qui veut donc mener une « expérimentation d’ampleur ».

N'hésitez pas à nous suivre et à nous aimer :
author avatar
Société de médias - PCI

Laisser votre commentaire

Envoi par email
RSS