Face à la flambée des prix de l’énergie, les communes peinent à chauffer les écoles

Face à la flambée des prix de l'énergie, les communes peinent à chauffer les écolesIl y a quelques jours encore, écharpes et gants étaient indispensables pour les élèves de l’école élémentaire du Bois Bohy d’Evreux . » Exceptionnellement, les enseignants ont laissé les enfants garder leurs écharpes et leurs gants en classe.» Partout en France, de nombreuses écoles ont constaté le même retard. À Limeil-Brévannes, il a fallu attendre le 28 octobre pour que tous les établissements scolaires soient chauffés, après plusieurs semaines de plaintes répétées des parents.

Si le problème du chauffage se pose chaque année dans de nombreux établissements vétustes, la crise énergétique complique la donne. Dès le début du mois d’octobre, la colère est montée dans les écoles de Limeil-Brévannes. « Lorsque les températures baissent, les préfabriqués sont les premiers touchés », illustre Diana, mère d’un enfant de quatre ans dans une école de la ville. Dans l’école du fils de Diana, le personnel prévient les parents des faibles températures en classe à l’aide d’affiches accrochées à la grille.

Limeil-Brévannes fournit des couvertures aux établissements dès la mi-octobre, puis des chauffages électriques d’appoint pour les préfabriqués. Comme à Limeil-Brévannes, d’autres écoles ont dû s’armer de patience. À Evreux, c’est presque « de force » que le chauffage est finalement activé dans les écoles maternelles, le jour où des parents bloquent des établissements, le 27 septembre, comme le rappelle Paris-Normandie. Mais, dans plusieurs écoles élémentaires d’Evreux, il faut attendre plusieurs semaines après le retour de vacances scolaires.

À VOIR AUSSI >> TotalEnergies retenu pour le terminal méthanier flottant du Havre

Outre l’explosion des factures énergétiques, des problèmes techniques plus ponctuels surviennent dans certains établissements vétustes. De manière générale, « de nombreux établissements représentent des gouffres de dépenses énergétiques», affirme Eric Labastie, président de la FCPE.

Vous pouvez également aimer

Laisser votre commentaire

Menu Title
Follow by Email
RSS