La forêt de l’Amazonie a perdu son rôle protecteur de réservoir de carbone

La forêt de l'Amazonie a perdu son rôle protecteur de réservoir de carboneSelon une étude publiée mercredi dans la revue « Nature », une grande partie du bassin de l’Amazonie est désormais émettrice de carbone. Elle est passée d’un puits de carbone à une source de CO₂, gaz responsable du réchauffement de la planète.

Alors si l’Amazonie – qui abrite la moitié des forêts tropicales particulièrement efficaces pour absorber ce carbone et qui stocke 450 milliards de tonnes de CO₂ dans ses arbres et ses sols – devenait une source constante de CO₂, s’attaquer à la crise climatique deviendrait encore plus difficile.

À CONSULTER >> L’Amazonie brûle, brûle, encore et encore… mais nous regardons ailleurs

« La déforestation et la dégradation de la forêt réduisent les capacités de l’Amazonie à agir comme puits de carbone », écrivent les auteurs. La combinaison de tous ces facteurs « remet en cause la capacité des forêts tropicales à séquestrer à l’avenir de larges volumes de CO₂ dérivé des énergies fossiles », note Scott Denning, de l’université du Colorado, dans un commentaire publié dans la revue « Nature ».

Une autre étude récente, utilisant une autre méthodologie, était parvenue à la même conclusion. Les scientifiques y estimaient que l’Amazonie brésilienne avait rejeté entre 2010 et 2019 près de 20 % de CO₂ de plus qu’elle n’en avait émis.

Vous pouvez également aimer

Laisser votre commentaire

Menu Title
Follow by Email
RSS