Le monde vient de connaitre son mois de mai le plus chaud jamais enregistré

Mai 2020 a été le mois de mai le plus chaud jamais enregistré, selon le service Copernicus sur le changement climatique (C3S), mis en œuvre par le Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme au nom de la Commission européenne.

En raison de la très longue durée de vie du CO2 dans l’atmosphère, l’impact d’une baisse des émissions ne devrait pas entraîner une réduction des concentrations de CO2 dans l’atmosphère.

Les concentrations de dioxyde de carbone (CO2) mesurées à la station d’observation de Mauna Loa à Hawaii (Etats-Unis) ont atteint en mai un pic saisonnier de 417,1 parties par million pour 2020, le plus haut relevé mensuel jamais enregistré, selon les scientifiques de la NOAA et de la Scripps Institution of Oceanography de l’Université de Californie à San Diego. Le maximum saisonnier se produit généralement au début du printemps de l’hémisphère nord, avant que la croissance de la végétation n’absorbe le CO2 de l’atmsophère.

La Journée mondiale de l’environnement voit le lancement de la « Course au taux zéro » [Race to Zero] qui se déroulera jusqu’à la COP26 – une campagne internationale pour une récupération saine et résistante de zéro carbone.

Ces acteurs de CCNUCC de l’ « économie réelle » rejoignent 120 pays dans l’Alliance pour l’ambition climatique, créant ainsi la plus grande alliance jamais créée, qui s’est engagée à atteindre un niveau d’émissions nettes de carbone zéro d’ici 2050 au plus tard.

« Les progrès en matière de réduction des émissions ne sont pas visibles dans le registre du CO2 », a déclaré Pieter Tans, le scientifique principal du Laboratoire de surveillance mondiale de la NOAA.

« Nous continuons à engager notre planète – pour des siècles ou plus – dans un réchauffement global, une augmentation du niveau de la mer et des événements météorologiques extrêmes chaque année », a averti M.Tans, le scientifique principal du Laboratoire de surveillance mondiale de la NOAA.

Aussi, si les humains devaient soudainement cesser d’émettre du CO2, il faudrait des milliers d’années pour que nos émissions de CO2 jusqu’à présent soient absorbées dans les profondeurs de l’océan et que le CO2 atmosphérique revienne aux niveaux préindustriels.

« Les gens pourraient être surpris d’entendre que la réponse à l’épidémie de coronavirus n’a pas fait plus pour influencer les niveaux de CO2 », a déclaré le géochimiste Ralph Keeling, qui dirige le programme d’océanographie Scripps à Mauna Loa. « Mais l’accumulation de CO2 est un peu comme les déchets dans une décharge. Au fur et à mesure que nous continuons à émettre, il s’accumule.




Vous pouvez également aimer

Laisser votre commentaire