Un consommateur sur deux compte garder son installation de chauffage au fioul

“C’est vraiment très mauvais de se chauffer au fioul, mais il y a une volonté d’y aller tranquillement”. Invitée en début de semaine sur le plateau de France 2, la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, a confirmé le report de l’interdiction d’installer de nouvelles chaudières au fioul dans les logements neufs et anciens de six mois.

À l’heure actuelle, près de 3,5 millions de ménages se chauffent au fioul. Selon une enquête menée par le spécialiste de la rénovation énergétique Hellio et la plateforme de commande FioulRéduc, 36% des utilisateurs de fioul domestique se disent inquiets, car ils n’ont pas les moyens de changer de chaudière.

Au total, près de la moitié des répondants (47%) entend conserver une installation de chauffage au fioul. Parmi eux, 4% comptent même changer de chaudière fioul avant l’entrée en vigueur de l’interdiction de remplacement.

Et, malgré une dépense annuelle moyenne de 1 632 euros pour se chauffer, 17% estiment que dans leur situation (géographique, raccordement…), le fioul reste l’énergie la moins chère. Seuls 15% des consommateurs envisagent de changer d’énergie de chauffage.

MaPrimeRénov et les aides servies dans le cadre des Certificats d’économie d’énergie (CEE) permettent de financer le remplacement d’un système de chauffage.

Les CEE (Certificats d’économie d’énergie) sont même majorées grâce au “Coup de pouce chauffage”, lorsqu’il s’agit de remplacer une chaudière fonctionnant aux énergies fossiles (gaz, fioul ou charbon) par un système utilisant des énergies renouvelables (pompe à chaleur, chaudière à granulés, etc.).

Vous pouvez également aimer

Laisser votre commentaire