« Ça va être compliqué de demander des efforts aux Français si les super pollueurs disposent de super dérogations »

« Ça va être compliqué de demander des efforts aux Français si les super pollueurs disposent de super dérogations » «Une heure de jet privé va émettre autant de carbone qu’un Français dans sa voiture pendant une année», rappelle, Lucas Chancel, codirecteur du laboratoire sur les inégalités à l’École d’économie de Paris, appelant à «ne pas braquer les Français à qui l’on demande des efforts».

À partir du moment où l’utilisation de l’avion est interdite, s’il y a une alternative en train pour tous, sauf pour les utilisateurs des jets privés, on a du mal à justifier le fait qu’il pourrait y avoir une dérogation pour un moyen de transport qui va polluer cent fois, voire mille fois plus que d’autres transports bas-carbone.

Si l’on met en place une interdiction pour les Français, alors elle doit concerner tout le monde. Ensuite, on peut toujours regarder les détails et les situations particulières et dans certains cas, l’interdiction pure et simple ne devrait pas suffire.

Cependant, sur les vols les plus petits, l’interdiction me semble assez nécessaire. Je pense que l’enjeu aujourd’hui, c’est surtout de ne pas braquer la majorité des Français à qui l’on a commencé à demander des efforts. Il va falloir que l’on apporte nos émissions carbone qui sont aujourd’hui d’environ 9 tonnes par an par personne, pour les familles françaises, à zéro tonne en 2050. Toutefois, une poignée d’individus émettent beaucoup plus, qui vont émettre 20 tonnes, 30 tonnes, 100 tonnes par an.

Le risque est plutôt de braquer la majorité de la population qui aurait l’impression de faire des efforts quand d’autres ont des dérogations. On a tous besoin de s’embarquer dans cette transition et pour cela, il ne faut pas que qu’il y ait des dérogations.

Vous pouvez également aimer

Laisser votre commentaire

Menu Title
Follow by Email
RSS