Burkini : La justice conforte l’arrêté de la mairie de Cannes

BurkiniBurkini : La justice conforte l’arrêté de la mairie de Cannes. Le juge des référés du tribunal administratif de Nice a validé, samedi 13 août, l’arrêté municipal interdisant le port de vêtements religieux sur les plages de Cannes (Alpes-Maritimes).

Le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) avait annoncé la veille qu’il avait saisi la justice en référé-liberté afin de contester cet arrêté.

Me Sefen Guez Guez, avocat du CCIF, a fait part de son intention, au nom de son client, de faire appel de cette ordonnance devant le Conseil d’État, arguant que «cette décision ouvre la porte à l’interdiction de tout signe religieux dans l’espace public».

Dans son ordonnance, le juge des référés écarte le caractère d’urgence, car «les requérants ont saisi le juge des référés le 12 août pour contester l’arrêté du maire de Cannes du 28 juillet, dont il n’est pas contesté qu’il est depuis lors affiché sur les panneaux municipaux prévus à cet effet ainsi que sur les plages».

Tous les signes religieux ostentatoires sont interdits ou doivent l’être dans l’espace public. Le burkini ni fait pas exception. Notre république Laique n’interdit pas de faire de la réligion soit des les lieux de cultes soit dans des lieux privés. Si des personnes ne sont pas en conformité avec la république Française rien ne les empêches d’allez pratiquer leur religion dans un pays qui les autorises y compris dans l’espace public.

Vous pouvez également aimer

Menu Title
Follow by Email
RSS