La CNIL épingle le ministère de l’Intérieur sur ses radars « tronçon »

Accusé de conserver trop longtemps les photos des plaques des véhicules qui passent devant ses radars, dits « tronçon », le ministère de l’Intérieur a été épinglé par la Commission nationale informatique et libertés (CNIL), ce mercredi.

« les numéros de plaque d’immatriculation des véhicules n’ayant pas commis d’infraction sont conservés plus de 13 mois pour les numéros complets, et plus de 4 ans pour les numéros tronqués de deux caractères, bien au-delà du délai de vingt-quatre heures prévu par l’arrêté » de 2004 organisant leur déploiement, a regretté la Cnil dans son communiqué.

LIRE AUSSI >>
Parcoursup comment le ministère fait baisser le nombre de candidat en attente

Elle a aussi constaté « un manque de robustesse des mots de passe, une traçabilité insatisfaisante des accès et une gestion insuffisante des droits d’accès à l’application au niveau du prestataire du ministère », indique-t-elle.

« Le ministère de l’Intérieur a trois mois pour se conformer à la loi (…) sur les deux manquements », a indiqué la Cnil. Si le ministère « ne se conforme pas à cette mise en demeure dans le délai imparti », la Cnil pourra prononcer une sanction.

Inscrivez-vous à notre lettre d’information




Vous pouvez aussi aimer

Laisser votre commentaire