“Le système est en train d’être paralysé” dans les hôpitaux à cause des non vaccinés

Le système est en train d'être paralysé dans les hôpitaux à cause des non vaccinés«Il y a une problématique de citoyenneté parce que 80 % des malades Covid en réanimation sont des non-vaccinés», fustige le président de l’Association des médecins urgentistes de France. «On sait que la sixième vague va arriver avec le variant Omicron», s’est inquiété dimanche 19 décembre sur franceinfo Patrick Pelloux.

Selon lui, le système de santé est proche de la paralysie à cause des «non vaccinés» qui représentent 80 % des malades en réanimation. On est sur une nouvelle bataille de cette pandémie effroyable avec une nouvelle vague, la cinquième, et l’on sait que la sixième va arriver dans la foulée avec le variant Omicron (pas prononcé Omicrone).

Il est en France, il va y avoir une augmentation de la fréquentation des réanimations, c’est évident. Le problème ce sont les non-vaccinés. Ce qui fait que les vaccinés qui ont d’autres maladies ont des reports d’opération. Il y a une problématique de citoyenneté insiste-t-il.

SUR LE MÊME SUJET >> Vacciner les enfants de 5 a 11 ans servirait « juste à protéger les adultes non vaccinés »

Les 20 % qui restent sont des malades très spécifiques qui ont des immunosuppresseurs. Vendredi, un homme a fait un infarctus et nous manquions de place pour le prendre en cardiologie sur Paris parce qu’on a fermé des lits de cardiologie pour prendre des malades Covid non-vaccinés. Je suis pour l’obligation vaccinale et il faut nous donner les moyens à l’hôpital pour fonctionner. On le fait parce qu’on a cette vaillance française. Cependant, il y a des questions politiques à avoir quant à l’avenir de l’hôpital public et surtout de savoir comment on maintient le personnel quel qu’il soit. L’augmentation des heures supplémentaires a été faite parce qu’ils s’aperçoivent qu’il faut rendre le métier attractif. Les augmentations du Ségur de 190 euros sont insuffisantes. Il faut avoir comme objectif d’augmenter de 1 000 euros.

C’est là qu’il y a un échec du Ségur parce qu’ils ont voulu, avec, pérenniser une politique néolibérale et de casse du service public qui remonte à 30 ans. Le gouvernement de droite comme de gauche y ont été parce que ce sont tous les mêmes penseurs qui essaient de distiller l’idée qu’il faut casser le service public. Partout en France on ferme et ils sont allés jusqu’à passer un décret affirmant qu’on peut fermer les services d’urgence la nuit.

Vous pouvez également aimer

Menu Title
Follow by Email
RSS