Votre actualité au quotidien

Ligue 1 : Strasbourg portera un maillot spécial en hommage aux victimes de la fusillade

15/12/2018 – Les joueurs du RCSA évolueront avec un maillot unique, vierge de sponsors, samedi contre Reims après la fusillade qui a endeuillé la ville mardi.
Continuer la lecture

2018, première saison sans victoire de Rossi avec Yamaha

15/12/2018 – Le constat est peu flatteur, mais les progrès enregistrés à la fin de la saison 2018 pourraient bien permettre au Docteur de retrouver le chemin de la victoire l’an prochain.
Continuer la lecture

Les traitements anti-puces des animaux de compagnie sont dangereux

Les traitements anti-puces des animaux de compagnie sont dangereuxLes traitements anti-puces des animaux de compagnie sont dangereux. Les organophosphorés (des agents neurotoxiques) contenus dans les traitements anti-puces de nos animaux de compagnie sont potentiellement dangereux pour le développement cérébral des enfants.

Qu’ils soient appliqués via un collier, un spray ou une pipette, les traitement anti-puces utilisés sur nos animaux de compagnie sont toxiques pour le développement cérébral des enfants.

Comme le révèle Libération, ces produits contiennent de la tétraméthrine et du fipronil, en partie à l’origine de troubles cognitifs, de cancers et de la maladie d’Alzheimer.

« Cette nouvelle découverte doit absolument et urgemment conduire les autorités à se demander s’il ne serait pas temps de réévaluer l’autorisation du fipronil dans les produits pour animaux domestiques, explique à Libé Jean-Marc Bonmatin, chercheur au CNRS et vice-président du groupe de travail sur les pesticides systématiques (TFSP).

Cette décision concernait 76 types de colliers sur les 110 possédant une AMM (autorisation de mise sur le marché) et était intervenue après l’étude de l’ANSE révélant « des risques potentiels en cas d’exposition chronique, sur le long terme, par voie cutanée chez l’utilisateur et plus particulièrement chez l’enfant ».

Des alternatives naturelles
En l’absence de réaction de L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses), qui n’a pour le moment pas exigé le retrait des produits anti-puces chimiques, il est préférable d’utiliser des alternatives naturelles.

La plante Pyrèthre et l’arbe margosa ont par exemple des propriétés répulsives et peuvent s’utiliser en shampoings, colliers ou pipettes. Certaines huiles essentielles comme la citronnelle et le géranium rosat se vaporisent également dans l’habitat.

A lire également : Ces exploitations qui élèvent des juments pour prélever leur sang




Heure à Paris :


Hallucinant – Consultez le compteur de la surpopulation mondial ICI

EDITO Consulter les archives édito

« Gilets jaunes » : 72% des Français soutiennent le mouvement après le 1er décembre

03/12/2018 – 72% des Français soutiennent encore le mouvement des « gilets jaunes » après le rassemblement du samedi 1er décembre, selon notre sondage Harris interactive pour RTL et M6. Ce chiffre est similaire à celui mesuré juste avant le 17 novembre, première journée de mobilisation.
Continuer la lecture


Gérald Darmanin voulait montrer qu’il comprend les difficultés financières des Français, c’est loupé

23/11/2018 – Alors que le pouvoir d’achat des Français est au cœur des débats, l’exemple choisi par Gérald Darmanin lui a valu un procès en déconnexion.
Continuer la lecture