Votre actualité au quotidien

Cyclisme : « Moins le scénario de course sera écrit à l’avance, plus des gens regarderont »

19/03/2019 – Le président de l’UCI, David Lappartient, s’agace des réticences au changement d’une partie des équipes cyclistes…
Continuer la lecture

Fair-play financier : le TAS donne raison au PSG, la deuxième enquête est annulée !

19/03/2019 – Très bonne nouvelle pour le Paris Saint-Germain ! Le Tribunal Arbitral du Sport (TAS) a donné raison au club de la capitale dans le conflit qui l’opposait à l’UEFA
Continuer la lecture

Les traitements anti-puces des animaux de compagnie sont dangereux

Les traitements anti-puces des animaux de compagnie sont dangereuxLes traitements anti-puces des animaux de compagnie sont dangereux. Les organophosphorés (des agents neurotoxiques) contenus dans les traitements anti-puces de nos animaux de compagnie sont potentiellement dangereux pour le développement cérébral des enfants.

Qu’ils soient appliqués via un collier, un spray ou une pipette, les traitement anti-puces utilisés sur nos animaux de compagnie sont toxiques pour le développement cérébral des enfants.

Comme le révèle Libération, ces produits contiennent de la tétraméthrine et du fipronil, en partie à l’origine de troubles cognitifs, de cancers et de la maladie d’Alzheimer.

« Cette nouvelle découverte doit absolument et urgemment conduire les autorités à se demander s’il ne serait pas temps de réévaluer l’autorisation du fipronil dans les produits pour animaux domestiques, explique à Libé Jean-Marc Bonmatin, chercheur au CNRS et vice-président du groupe de travail sur les pesticides systématiques (TFSP).

Cette décision concernait 76 types de colliers sur les 110 possédant une AMM (autorisation de mise sur le marché) et était intervenue après l’étude de l’ANSE révélant « des risques potentiels en cas d’exposition chronique, sur le long terme, par voie cutanée chez l’utilisateur et plus particulièrement chez l’enfant ».

Des alternatives naturelles
En l’absence de réaction de L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses), qui n’a pour le moment pas exigé le retrait des produits anti-puces chimiques, il est préférable d’utiliser des alternatives naturelles.

La plante Pyrèthre et l’arbe margosa ont par exemple des propriétés répulsives et peuvent s’utiliser en shampoings, colliers ou pipettes. Certaines huiles essentielles comme la citronnelle et le géranium rosat se vaporisent également dans l’habitat.

A lire également : Ces exploitations qui élèvent des juments pour prélever leur sang




Heure à Paris :


Hallucinant – Voici le compteur de la surpopulation mondial :

EDITO


Consulter les archives édito

Tabac, permis, salaires… Tout ce qui change ce 1er mars

01/03/2019 – C’est devenu un rituel, le prix du tabac augmente encore ce vendredi 1er mars. Objectif affiché par le gouvernement, empêcher les jeunes de commencer à fumer et inciter les fumeurs à arrêter.
Continuer la lecture

52% des Français estiment que les « gilets jaunes » doivent cesser leur mouvement

18/02/2019 – Une majorité de Français (52%, +15) estime que les « gilets jaunes » « doivent maintenant cesser leur mouvement et leurs actions (manifestations, blocages etc.) », selon un sondage Ifop pour le JDD publié dimanche.
Continuer la lecture


Privatisation d’Aéroports de Paris : le gouvernement obtient l’accord des députés

15/03/2019 -Quarante-deux voix pour, 17 contre. Après environ neuf heures de débats, les députés ont adopté, jeudi 13 mars dans la soirée, l’article 49 du projet de loi Pacte qui prévoit de supprimer l’obligation pour l’Etat de détenir la majorité du capital d’ADP.
Continuer la lecture