Des pénuries en cascade dans les rayons des supermarchés

Des pénuries en cascade dans les rayons des supermarchésActuellement, les pénuries concernent les biscuits, la volaille, certains surgelés, des bouteilles d’eau. « On n’a jamais vu ça !», disait lundi 29 août, inquiet, Dominique Schelcher, le patron de Système U.

Mesuré par le cabinet Nielsen, le taux de rupture des produits dans les supermarchés a atteint ce mois d’août 5,7 %. Soit une augmentation de plus d’1,5 % par rapport à la même période l’an dernier.

Des tensions, par exemple, sur le papier, le carton, l’aluminium… On a les produits, mais pas toujours les fournitures pour les emballer. Il manque aussi de la main-d’œuvre. Par exemple, cet été, plusieurs supermarchés ont eu du mal à réaliser des sandwiches ou à proposer des produits de traiteur, faute de personnel : ils n’avaient pas les saisonniers disponibles pour les préparer.

Dans le transport, la chaine de distribution est très perturbée, car on manque de chauffeurs pour conduire les camions de marchandises, notamment les chauffeurs ukrainiens, d’habitude très présents dans ce domaine, mais qui sont partis au front.

À LIRE ÉGALEMENT >> L’UE veut quadrupler sa production de puces électroniques d’ici à 2030 pour faire face à la pénurie

La canicule de cet été va avoir des conséquences cet hiver. La sècheresse a entrainé des baisses de production. Par exemple, comme les vaches ont été moins bien nourries, elles ont donné moins de lait. Finalement, on pourrait manquer de beurre et effet domino, les produits à base de beurre risquent d’être pénalisés. Le miel cela devient une denrée rare à cause de la chaleur et les abeilles n’ont pas pu fournir du miel comme d’habitude. La récolte de pommes de terre n’est pas bonne non plus.

Tout cela va faire monter les tarifs : le rationnement risque de ne pas concerner exclusivement l’énergie cet hiver…

Vous pouvez également aimer

Laisser votre commentaire

Menu Title
Follow by Email
RSS