Hausses de prix : ‘L’Ukraine a bon dos !”, s’insurge Michel-Edouard Leclerc

Hausses de prix : 'L'Ukraine a bon dos !Le président du groupe de distribution réclame une commission d’enquête sur les causes de l’inflation, qui a atteint en juin 5,8 % sur un an en France, déplorant notamment un manque de « transparence » de grandes entreprises internationales sur la question du prix des matières premières ou du transport.

Interrogé sur l’inflation, qui a encore accéléré en juin pour atteindre 5,8 % sur un an en France, Michel-Edouard Leclerc a affiché ses doutes sur certaines hausses de prix « suspectes », dont il aimerait que les députés s’emparent dans le cadre d’une commission d’enquête. « J’aimerais que les députés ouvrent une commission d’enquête sur les origines de l’inflation, sur ce qui se passe sur le front des prix, depuis les transports, sur le marché des matières premières, jusqu’au consommateur », a-t-il lancé jeudi 30 juin, à l’antenne de RMC/BFMTV. Tous les fournisseurs arrivent avec des factures de transport en augmentation de 15, 20, 30 % et notamment le prix des containers qui ont augmenté de 30 %.

L’année dernière, simultanément, les sociétés de transport sortent des bénéfices par milliards. Michel-Edouard Leclerc vise ainsi les compagnies de transport, mais pas seulement.

SUR LE MÊME SUJET >> Le patron de Leclerc accuse les restaurateurs de provoquer des ruptures de stock d’huile de tournesol

Du côté de l’exécutif, le gouvernement a écarté la piste consistant à taxer les bénéfices des entreprises qui tirent parti de l’inflation, mesure, particulièrement réclamée par la Nupes, PCF et France insoumise en tête.

Engie aussi a enregistré des résultats spectaculaires au premier trimestre, comme l’armateur CMA CGM, alors que les coûts du transport maritime s’envolent avec la reprise du commerce mondial après la pandémie.

Le très libéral Royaume-Uni a instauré une taxe temporaire de 25 % sur les bénéfices des géants pétroliers pour financer des aides aux ménages les plus défavorisés face à l’inflation. Et l’Italie a décidé de prélever 25 % supplémentaires sur les bénéfices des grandes entreprises du secteur de l’énergie.

Vous pouvez également aimer

Menu Title
Follow by Email
RSS