25 avril 2024

Votre Actualité au Quotidien

politique, médias, religieux, sport …Allez à l'essentiel

“Ils ont braqué la caisse et ils veulent nous faire payer” selon Sophie Binet

«Il faut organiser la discussion avec les organisations syndicales», a déclaré mercredi 27 mars sur France Bleu Roussillon la secrétaire générale de la CGT Sophie Binet, alors que Gabriel Attal réunit mercredi 27 mars l’ensemble du gouvernement à Matignon pour un séminaire consacré au travail.

La veille, lors des questions au gouvernement à l’Assemblée, le Premier ministre a assuré que, pour combler le déficit, il allait «poursuivre sur cette voie de rigueur et de responsabilité avec toujours un fil rouge, celui du travail».

Pour la dirigeante de la CGT, «il n’y a pas besoin de faire de séminaire gouvernemental pour ‘réfléchir’». «Je rappelle au Premier ministre que ce sont les acteurs sociaux qui doivent gérer l’assurance chômage», poursuit-elle.

À CONSULTER AUSSI >> Rachida Dati, « veut casser un outil qui fonctionne »

Dans le viseur de l’exécutif, une réforme de l’assurance chômage afin d’avoir «un modèle social qui incite davantage à l’activité», selon le Premier ministre.
«Le problème, c’est que ces mesures d’austérité que le gouvernement veut nous imposer, un peu comme la saignée de Molière qui, en fait, accélère la mort du patient», a défendu la patronne de la CGT. Selon elle, ces politiques d’« austérité sont très dangereuses parce qu’elles risquent d’avoir un effet récessif, et donc d’augmenter les difficultés économiques du pays». « Ils ont braqué la caisse et ils veulent nous faire payer», a-t-elle ajouté.

« L’obsession du gouvernement pour les privés d’emploi vire maintenant au trouble obsessionnel», fustige Sophie Binet secrétaire générale de la CGT, alors que Gabriel Attal a annoncé, mercredi 27 mars sur TF1, « une réforme de l’assurance-chômage cette année». Une des pistes du gouvernement est de réduire la « durée d’indemnisation de plusieurs mois».

Le Premier ministre a demandé à sa ministre du Travail Catherine Vautrin « de préparer de nouvelles négociations» avec les partenaires sociaux sur l’assurance chômage, avançant parmi les pistes une possible baisse de la durée d’indemnisation de 18 à 12 mois maximum.

Les annonces de Gabriel Attal « confirment le mépris profond du gouvernement contre les acteurs sociaux», dénonce-t-elle. C’est une « dérive autoritaire du pouvoir. »

N'hésitez pas à nous suivre et à nous aimer :
author avatar
Société de médias - PCI

Laisser votre commentaire

Envoi par email
RSS