La sombre prévision : bond de 40% des faillites en France en 2022

La sombre prévision : bond de 40% des faillites en France en 2022C’est le grand paradoxe de cette crise sanitaire. Alors que l’onde de choc de la pandémie a fait disjoncter l’économie mondiale en 2020, le niveau des défaillances d’entreprises est resté au plus bas pendant une longue période.

Pour autant, la situation financière des entreprises risque de se dégrader dans les mois à venir. Après avoir installé un large soutien public au pire de la crise sanitaire, la plupart des États développés ont décidé de retirer progressivement leurs mesures de soutien à l’économie.

Selon la dernière livraison d’Euler Hermes dévoilée ce mercredi 6 octobre, les faillites devraient rebondir en 2022 à l’échelle du globe. Le niveau des faillites anticipé resterait toutefois inférieur à celui d’avant-crise.

Même s’il est encore un peu tôt pour évaluer l’ampleur des dégâts de cette pandémie sur le tissu productif mondial, l’évolution des faillites va surtout dépendre de la reprise économique et de la trajectoire des politiques budgétaires et monétaires. Sur le front de l’emploi, ces faillites pourraient plonger un grand nombre de travailleurs au chômage.

À LIRE AUSSI >> Les fabricants de masques français « l’on en travers de la gorge » c’est la grande désillusion

Du côté de la France, l’horizon s’assombrit. Le spécialiste de l’assurance-crédit anticipe une envolée des défaillances l’année prochaine de l’ordre de 40%. Depuis quelques mois, certains indicateurs avancés comme les indices PMI de l’institut Markit témoignent de certaines difficultés et d’un pic de reprise déjà passé. À cela s’ajoutent, le retrait progressif des aides et la fin du « quoi qu’il en coûte ».

«La situation de trésorerie s’est nettement améliorée dans quasiment tous les secteurs face à la situation d’avant-crise. L’une des causes des défaillances est que les entreprises ne peuvent pas payer leur dette fournisseur, les salaires.

En Europe, les grandes puissances de la zone euro devraient connaître des trajectoires contrastées. Compte tenu du poids de certains secteurs comme le tourisme international dans leur modèle, l’Espagne (12%) et l’Italie (14%) devraient enregistrer de fortes hausses de faillites. Le prolongement de la crise sanitaire et la mise en œuvre des mesures sanitaires limitant le transport de voyageurs ont plombé le secteur du tourisme étranger dans l’Europe du Sud.

À l’opposé, l’Allemagne (9%), la Belgique (10%) ou le Luxembourg (7%) « mettront plus de temps à retrouver des niveaux de défaillances comparables à ceux de 2019 du fait de fortes mesures publiques de soutien et/ou de l’extension de ces dernières ». Sur ce point, le risque de divergence dans l’Union européenne pourrait menacer la reprise économique.

Vous pouvez également aimer

Laisser votre commentaire