Selon la SFEN, Il faut construire de nouveaux réacteurs pour assurer l’approvisionnement de la France en 2040

L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) lance jeudi 3 décembre une concertation publique sur la poursuite de l’exploitation des plus anciens réacteurs français au-delà de 40 ans pour une exploitation vers 60 ans. « Au bout du compte, c’est bien l’ASN qui est juge », prévient Valérie Faudon, déléguée générale de la Société française de l’énergie nucléaire (SFEN) sur franceinfo.

« Il faut construire de nouveaux réacteurs pour assurer l’approvisionnement de la France en 2040 », explique-t-elle. Certes, l’EPR de Flamanville [Manche] a pris des retards et c’est vrai qu’on a constaté que de ne pas avoir construit pendant quinze ans, on a perdu des compétences sur les métiers de la construction et sur les métiers de la maintenance, mais on a aujourd’hui un tissu industriel extrêmement expérimenté puisqu’on a un très grand parc nucléaire qui a une excellente réputation en matière de sûreté. Et ça, c’est en particulier dû à l’expérience d’EDF mais aussi à l’exigence de l’Autorité de sûreté.

Les réacteurs sont tout le temps mis à jour. On peut changer les composants et mettre des nouveaux systèmes de sûreté pour s’adapter aux connaissances et aux changements d’environnement.

C’est aujourd’hui le parc nucléaire qui assure notre sécurité d’approvisionnement. Pendant la campagne présidentielle, on parlait de réduire le parc nucléaire d’ici 2025 à 50% de l’approvisionnement électrique contre plus de 70% aujourd’hui. Mais pour cela, il faudrait construire 20 centrales à gaz, ce qui est complètement contraire à nos objectifs climatiques. Le nucléaire n’émet pas de gaz à effet de serre, donc il est bon pour le climat.

Il faut même penser dès aujourd’hui à construire de nouveaux réacteurs pour être prêt à assurer l’approvisionnement de la France en électricité bas carbone d’ici 2040. Car au bout du compte, c’est bien l’Autorité de sûreté nucléaire qui est juge et qui a l’autorité d’arrêter une installation si elle pense que c’est nécessaire ou de donner l’autorisation aux installations de fonctionner.

Inscrivez-vous à notre lettre d’information




Vous pouvez aussi aimer

Laisser votre commentaire