Les pompiers de Californie face à un incendie qui génère son propre climat

Les pompiers de Californie face à un incendie qui génère son propre climatLe plus gros incendie de Californie, qui a déjà dévoré l’équivalent de la ville de Chicago en végétation, est si volumineux qu’il génère désormais son propre climat.

Il est devenu si gros, qu’il a déjà créé ces derniers jours des nuages appelés pyrocumulus, nuages orageux qui se forment au-dessus de source de chaleur intense et provoquent foudre, vents violents, alimentant en retour l’incendie et rendant la tâche des pompiers encore plus ardue.

5 400 soldats du feu étaient mobilisés lundi 26 juillet face aux flammes du Dixie Fire, dans les forêts du nord de la Californie.

À LIRE AUSSI >> La forêt de l’Amazonie a perdu son rôle protecteur de réservoir de carbone

Dans ces conditions météorologiques, « les braises peuvent facilement voler à plus d’un kilomètre du feu » explique Rick Carhart, porte-parole des pompiers et les lieux qui accueillent les personnes évacuées, comme le village de Quincy, se retrouvent eux-mêmes menacés.

Les feux ont déjà ravagé trois fois plus de végétation cette année qu’en 2020 à la même époque, pourtant la pire année de l’histoire de Californie en termes d’incendies.

Vous pouvez également aimer

Laisser votre commentaire