La défiance envers le vaccin persiste malgré une situation sanitaire critique en Martinique

La défiance envers le vaccin persiste malgré une situation sanitaire critique en MartiniqueLa situation sanitaire est critique en Martinique, pourtant la défiance envers le vaccin persiste. Jugé trop récent, le vaccin contre la Covid-19 suscite la méfiance des Martiniquais, dont la mémoire est marquée par le scandale du chlordécone, pesticide responsable de nombreux cancers.

Pourtant, la défiance envers le vaccin est tenace aussi pour des raisons culturelles et historiques.

Pour Stéphane Lindor, boucher et fils d’agriculteur, âgé de 33 ans, impossible pour lui d’oublier ce pesticide utilisé dans la culture de la banane. Les gouvernements savaient que le chlordécone était déjà interdit en Amérique, qui était le pays qui le produisait », affirme-t-il. « Et la France a continué à le mettre sur les territoires martiniquais et guadeloupéen, alors que chez eux, c’était déjà interdit ».

À LIRE AUSSI >> La Fédération hospitalière de France plaide pour la vaccination obligatoire

« Il est évident que l’État a une méconnaissance de notre culture, de notre rapport au monde, à la nature, et qu’il ne suffit pas de dire de faire pour que l’on fasse », dit Céline Barclay, jeune chanteuse martiniquaise au micro d’Europe 1. « Je pense que la confiance est perdue et il faudrait prouver – et cela avec de solides preuves – qu’il y a bienveillance dans cette histoire de vaccinations et de passe sanitaire. »

Il faut ajouter que des preuves existe déjà sur l’efficacités des vaccins reconnus dans l’Union européenne. La culture n’a rien à voir avec sa propre santé et celle des autres. Une pandémie concerne toute la planète et non une seule partie d’une population ou d’une minorité. Ceux qui ne veulent pas se faire vacciner se mette en danger, mais et surtout mettent les autres en danger. Il faut arrêter l’égoïsme et le chacun pour soi.

Cette réticence à l’égard du vaccin se traduit d’ailleurs dans les chiffres : en Martinique, à peine 18,6% des plus de 12 ans ont un schéma vaccinal complet.

Laisser votre commentaire