Des entreprises américaines se positionnent sur l’avortement et sortent du silence

Des entreprises américaines se positionnent sur l'avortement et sortent du silenceIl n’aura fallu que quelques heures après la fuite, lundi 2 mai, annonçant le possible revirement de la Cour suprême sur la question de l’avortement pour qu’une partie de l’économie américaine réagisse publiquement.

Revenir sur le droit à l’avortement «mettrait en péril les droits de millions de femmes», a déclaré à l’AFP la plateforme de recherche participative Yelp, qui évoque «un séisme pour notre société et notre économie» et appelle les entreprises à «prendre l’initiative».

Depuis l’entrée en vigueur en septembre, au Texas, d’une nouvelle loi ramenant à six semaines le délai pour procéder à une IVG, le tabou se lézarde et Amazon, Uber ou même la banque Citigroup ont tous annoncé assurer les coûts supplémentaires que ce texte peut induire pour leurs employées.

À VOIR AUSSI >> Alstom vend pour la première fois des “TGV” aux États-Unis

“Nous vivons une période inhabituelle sur le plan politique et cette question est redevenue primordiale, ce qui va forcer les entreprises à se dévoiler”, estime Maurice Schweitzer, professeur à l’université Wharton de Pennsylvanie.

Selon le New York Times, Tesla, qui vient de déplacer son siège de Californie au Texas, s’est engagé à rembourser ces dépenses. La nouvelle audace d’une partie des compagnies américaines est aussi liée au fait que «dans ce pays, les personnes favorables sont plus nombreuses que ceux qui y sont opposés», rappelle Neeru Paharia.

Vous pouvez également aimer

Menu Title
Follow by Email
RSS