OMS 

« Aucune raison de douter que les vaccins actuels protègent » contre le variant Omicron

Aucune raison de douter que les vaccins actuels protègent contre le variant OmicronC’est une lueur d’espoir alors que le variant Omicron suscite aujourd’hui beaucoup de craintes et d’interrogations. «Il n’y a aucune raison de douter» du fait que les vaccins actuels protègent les malades contaminés par Omicron contre les formes sévères de la Covid-19, a estimé ce mardi 7 décembre, Michael Ryan, le responsable des urgences de l’OMS, dans un entretien avec l’AFP.

«Nous avons des vaccins très efficaces qui ont démontré leur pouvoir contre tous les variants jusqu’à présent, en termes de sévérité de la maladie et d’hospitalisation, et il n’y aucune raison de penser que cela ne serait pas le cas» avec Omicron, a expliqué le docteur Ryan, dans un rare entretien en tête-à-tête.

L’épidémiologiste irlandais-qui a combattu sur le terrain des maladies mortelles comme Ebola ou la maladie à virus Marburg et se retrouve au front contre la Covid-19 depuis sa détection fin 2019- a estimé que les premières informations recueillies en Afrique du Sud «suggèrent que le vaccin semble tenir bon en termes de protection». Il a toutefois reconnu que les vaccins pourraient se révéler moins efficace contre Omicron, qui se distingue par un nombre très élevé de mutations de la protéine de spicule, qui permet au virus de s’accrocher aux cellules avant de les envahir pour se multiplier.

À LIRE AUSSI >> L’OMS dénonce un « cocktail toxique », la vaccination obligatoire sur la table !

«La meilleure arme que nous ayons actuellement, c’est de se faire vacciner», a-t-il répété, comme lui et ses collègues le font depuis maintenant un an et le début des campagnes de vaccination. «Quand un nouveau variant apparaît, il a tendance à être plus transmissible, parce qu’il est en compétition avec les variants précédents», explique le docteur Ryan.

«Il y a des données selon lesquelles les réinfections sont plus fréquentes avec Omicron qu’avec les vagues ou les variants précédents», explique le médecin, s’empressant d’ajouter que les vaccins ont été conçus pour protéger des formes les plus graves de la maladie et pas forcément contre celles qui sont plus bénignes. «Ce qui nous intéresse, ce n’est pas tellement de savoir si l’on peut être réinfecté avec Omicron, mais si les nouvelles infections sont plus ou moins sévères», souligne-t-il.

Vous pouvez également aimer

Laisser votre commentaire

Menu Title