Votre actualité au quotidien
Merci de cliquez sur nos bannières publicitaires

Ligue des champions : pas de quarts de finale pour Nantes

Ligue des champions
19/02/2020 – Nantes, qui s’est incliné à Conegliano mardi en trois sets pour son dernier match de phase de groupes, est éliminée de la Ligue des champions.
Continuer la lecture

La Renault RS20 s’est enfin montrée

Renault RS20
19/02/2020 – EPrésentée sous forme d’aperçus 3D dans une teinte noire provisoire, la RS20 ne nous avait livré aucun secret jusqu’ici. C’est désormais chose faite,…
Continuer la lecture

Fin de vie à domicile

fin de vieMourir à domicile… C’est le souhait affiché par bon nombre de personnes, mais jusqu’à présent, le respecter pouvait rester délicat, chargé de difficultés, notamment pour le médecin généraliste d’avoir à sa disposition des médicaments qui soulagent et détendent.

Au-delà de l’aspect technique, la HAS (la Haute Autorité de Santé) ouvre en effet la possibilité pour le médecin généraliste de prescrire du midazolam, ce produit basique, de la classe des benzodiazépines, qui est la référence aujourd’hui pour mettre en place ce que l’on appelle la sédation profonde et continue jusqu’au décès (SPCJD).

Formellement, dans la loi, le médecin généraliste pouvait la pratiquer. Mais dans la pratique, le médecin généraliste se retrouvait désarçonné : il n’avait pas accès directement au produit, il fallait qu’il passe par le biais d’une pharmacie hospitalière.

La HAS insiste néanmoins sur le cadre dans lequel la prescription d’une sédation profonde et jusqu’au décès doit se dérouler : collégialité de la prise de décision, lien systématique entre le médecin et une unité de soins palliatifs, et possibilité d’un repli de la personne vers un hôpital si la situation se complique.

«Ce qui me semble important, c’est que le médecin ait eu une formation en soins palliatifs», a noté pour sa part le professeur René Robert.

Sur le formalisme du cadre imposé, le docteur Gabach chef du service des bonnes pratiques professionnelles à la HAS se veut rassurant : «La décision collégiale peut tout à fait être élaborée prise par téléphone.» Tout en insistant sur le fait que ce médicament peut être d’un usage délicat.

Lire aussi : Ils ne font pas croire au père noël a leur enfants




Heure en France :


EDITO

La France et l'Eurovision

C'est une honte qu'un Français chante en Anglais. La dernière fois que cela est arrivée il est arrivée avant dernier. A espérer qu'il finisse dernier cette fois. HONTE A NE PAS CHANTER EN FRANÇAIS. Nos amis Anglais vont-il chanter en Français ?

Consultez les autres editos édito


Électricité : Hausse de 2,4 % des tarifs réglementés avant lété

Carte nationale d’identité

21/01/2020 – Les tarifs réglementés de l’électricité devraient augmenter prochainement de 2,4 % pour les particuliers et les petits professionnels, a-t-on appris ce lundi de sources concordantes. La Commission de régulation de l’énergie (CRE) a proposé cette hausse de 2,4 % TTC « pour les tarifs bleus résidentiels » ainsi que « pour les tarifs bleus applicables aux consommateurs professionnels éligibles »
Continuer la lecture




Invité Ségolène Royal

Retraites : le Conseil d’Etat étrille le gouvernement

le Conseil d'Etat

25/01/2020 – Manque de «précision», projections économiques «lacunaires»… Dans son avis rendu public ce vendredi, la plus haute juridiction administrative estime en outre ne pas avoir eu «les délais de réflexion nécessaires pour garantir au mieux la sécurité juridique».
Continuer la lecture


Réforme des retraites : 61% des Français sont pour le retrait

Réforme des retraites

23/01/2020 – Dans ce sondage Elabe pour BFMTV, les personnes interrogées estiment aussi à 62% que l’action d’Emmanuel Macron est « décevante ».
Continuer la lecture