Emmanuel Macron multiplie les cadeaux de fin de mandat en vue de la présidentielle

Après avoir dit « il n’y a pas d’argent magique » et tenté de rester un président rigoureux sur le plan budgétaire, la crise sanitaire a fait voler en éclat cette doctrine appliquée par de nombreux gouvernements successifs, de droite comme de gauche.

« Emmanuel Macron est en train de cramer la caisse! », a prévenu l’ancienne ministre du Budget de Nicolas Sarkozy. Ce dimanche 19 septembre, invité du Grand jury RTL-LCI-Le Figaro, Xavier Bertand disait avoir chiffré avec son équipe les dépenses des « quinze derniers jours » à un montant « entre 5 et 7 milliards d’euros dépensés ». Même le président de la Cour des comptes, l’ancien ministre socialiste, Pierre Moscovici a mis sa voix au chapitre en estimant que la situation est « beaucoup trop fragile pour se lancer dans une surenchère de promesses de dépenses ou de baisses d’impôts ».

Un déplacement de trois jours, des rencontres et des annonces pour la ville de cœur du président. Le 2 septembre, Emmanuel Macron a sorti le carnet de chèque pour la ville de Marseilles. 1,5 milliard d’euros supplémentaires, notamment pour les transports, la sécurité et la culture dont les tournages de cinéma. Avec son plan « Marseille en grand », présenté en grande pompe devant le palais du Pharo, le président s’est fait des soutiens dans la cité phocéenne où il a promis de revenir en octobre et en février pour un premier bilan, cette fois-ci peut-être officiellement candidat.

Le président investit le champ de la sécurité et du régalien depuis le début de son mandat. En juillet, Jean Castex avait annoncé 900 millions d’euros. Ce sont désormais 500 millions de plus qui sont prévus pour l’application du plan pour la police dès 2022.  » Un vrai programme de candidat qui se projette sur « la police de 2030″, annoncé à Roubaix, dans le Nord, le 14 septembre.

À LIRE AUSSI >> L’ Élysée refuse de rendre publics les bulletins de salaire d’Emmanuel Macron

Les 2 milliards prévus par le plan de relance sur deux ans ont tous été absorbés en 2021. Ce sont donc 2 milliards supplémentaires qui sont mis sur la table par le Premier ministre Jean Castex pour 2022. Le 15 septembre, il a aussi annoncé une prime exceptionnelle de 100 euros pour les ménages modestes qui bénéficient du chèque énergie alors que les prix du gaz et de l’électricité augmentent. Une mesure chiffrée à 600 millions d’euros.

Le 16 septembre, Emmanuel Macron dévoilait, dans un discours aux allures de meeting, le plan du ministre délégué Alain Griset pour les travailleurs indépendants dont des baisses de cotisations, un accès plus large à l’assurance chômage et le fait que leur patrimoine personnel sera insaisissable.

En déplacement dans les Alpes-de-Haute-Provence le 10 septembre, le président a annoncé une enveloppe de 600 millions d’euros par an pour la création d’une « assurance-récolte » qui permettra aux agriculteurs d’être indemnisés en cas d’intempéries ou de mauvaises récoltes. Une « révolution » pour le ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie. 21 millions d’euros par an.

C’est la coquette somme dévoilée sur France 2 par Olivier Véran le 9 septembre pour permettre le remboursement par l’Assurance maladie de la pilule et de « toutes les contraceptions féminines, sans distinction », pour les Françaises de moins de 25 ans. Une annonce en réaction à la baisse constatée de la contraception chez un certain nombre de jeunes femmes, notamment « pour raisons financières », selon le ministre de la Santé.

Le plan « inédit » pour les chômeurs longue durée d’Élisabeth Borne a été dévoilé le 16 septembre dans Le Parisien. La ministre du Travail promet que chacun d’entre eux, soit 1,5 million de personnes, sera rappelé par Pôle emploi « avant la fin de l’année ».

Comme en campagne, le président profite de chaque déplacement pour annoncer des mesures, le plus souvent dépensières.

Vous pouvez également aimer

Laisser votre commentaire