Finalement le gouvernement va ouvrir 500 à 600 centres de vaccination

Alors que l’exécutif refusait la création de grands vaccinodromes pour administrer massivement le vaccin anti-Covid, il a finalement annoncé le déploiement de 500 à 600 centres dans l’Hexagone d’ici à la fin janvier

Le gouvernement a-t-il fait volte-face ? Alors que la création de grands « vaccinodromes » était exclue, le gouvernement, critiqué pour la lenteur de la campagne contre le Covid-19, a finalement annoncé l’ouverture de 500 à 600 centres de vaccination dans tout l’Hexagone d’ici à la fin du mois de janvier.

Petit rappel, une décision qui a peut-être aussi été motivée par un précédent que le gouvernement ne souhaitait surtout pas revivre : le fiasco des vaccinodromes anti-H1N1. « Ces vaccinodromes H1N1 étaient des lieux où l’on voyait des files d’attente s’allonger avec des gens sous la pluie, et dont on avait complètement écarté les professionnels de santé – tant les médecins généralistes que les infirmiers et infirmières en libéral –, se souvient le Dr Luc Duquesnel, médecin généraliste en Mayenne et président du syndicat Les généralistes – Confédération des syndicats médicaux français (CSMF).

A LIRE AUSSI >>
Boire entre 3 et 5 cafés par jour c’est bon pour la santé

« Je pense qu’on a été un peu trop défensif dans la façon d’aborder le vaccin, un peu trop prudent », a avoué Olivier Véran le 7 janvier, reconnaissant à demi-mot un retard à l’allumage. Alors aujourd’hui, tandis que de nouvelles contaminations au variant britannique ont été identifiées ce lundi à Lille et d’autres à Marseille, côté logistique, rien ne doit être laissé au hasard.

Le Premier ministre, Jean Castex, et son ministre de la Santé, Olivier Véran, annoncent l’extension imminente de la vaccination à tous les soignants de plus de 50 ans et à l’ensemble des personnes de plus de 75 ans avant la fin janvier (dès le 18 pour ces derniers).

Farouchement opposé aux vaccinodromes, Olivier Véran annonce le 5 janvier l’ouverture, d’ici à la fin janvier, de 500 à 600 centres de vaccination, « qui seront accessibles pour la ville ».

En Mayenne comme sur le reste du territoire, une petite dizaine de centres de vaccination vont être montés dans chaque département ». « C’est similaire à l’organisation prévue il y a un an pour les centres de dépistage Covid, et tout se fait en lien avec les établissements de soin qui hébergent les congélateurs dans lesquels sont stockés les vaccins et qui sont d’autant plus concernés qu’ils doivent vacciner leurs personnels éligibles et volontaires ».

L’objectif de ces structures : « favoriser un maillage territorial le plus fin et efficace possible », souligne le médecin. « Très rapidement, il y a eu un grand élan et une coordination entre l’hôpital, les professionnels de santé de l’ambulatoire (médecins généralistes et infirmiers) pour mettre en place ces centres de vaccination », se réjouit le Dr Duquesnel.

Une question se pose tout de même. Pourquoi ne pas avoir rendu la vaccination obligatoire pour tous comme cela est déjà le cas avec certains vaccins ?

Inscrivez-vous à notre lettre d’information




Vous pouvez aussi aimer

Laisser votre commentaire