Covid-19 : on vous explique pourquoi l’OMS ne croit pas à l’immunité collective

Port du masqueL’Organisation mondiale de la santé a rappelé cette semaine que l’hypothèse d’une immunité de groupe pour lutter contre le virus n’était pas envisageable. « Jamais, dans l’histoire de la santé publique, l’immunité collective n’a été utilisée comme stratégie pour répondre à une épidémie, et encore moins à une pandémie, a-t-il rappelé.

Dominique Costagliola, épidémiologiste et directrice de recherche à l’Inserm, partage le même avis que l’OMS au sujet de l’immunité collective. L’immunité collective n’est pas une stratégie, mais plutôt une partie de roulette russe. »

« Les anticorps développés contre le virus ne sont pas forcément neutralisants [contre le virus] chez tous les individus, et leur présence pourrait simplement témoigner du fait que l’organisme a été en contact avec le virus. » L’autre incertitude concerne le taux de population immunisée nécessaire pour pouvoir protéger ceux qui n’ont pas encore été contaminés.

Si le calcul de l’immunité collective est basé sur les mêmes paramètres de propagation, le résultat devrait certainement être revu à la baisse. « La plupart des personnes infectées par le virus développent une réponse immunitaire au cours des premières semaines, mais nous ne savons pas si cette réponse est forte ou durable, ni si elle diffère d’une personne à l’autre. »

Pour une immunité collective réussie, il est nécessaire de développer des anticorps naturels ainsi qu’un vaccin pour des résultats plus rapides.

Inscrivez-vous à notre lettre d’information




Vous pouvez aussi aimer

Laisser votre commentaire