La “prestation de compensation du handicap” élargie aux personnes avec déficience mentale

La Pour certains, faire les courses ou des démarches administratives ne sera plus une épreuve. Comme promis en octobre dernier, les personnes porteuses d’une déficience intellectuelle pourront bientôt bénéficier d’une aide humaine pour effectuer certains actes de la vie quotidienne, a annoncé le gouvernement mercredi 20 avril.

Dans le détail, cette “prestation de compensation du handicap” (PCH) a été élargie par décret aux personnes qui présentent un handicap psychique, mental, cognitif ou un trouble du neuro-développement.

L’aide humaine pourra être octroyée à partir de janvier 2023 si la personne éprouve des difficultés à “gérer son stress” face à l’imprévu, ou à effectuer des “tâches multiples” de la vie quotidienne, comme les étapes de la préparation d’un repas, selon le décret. Ce dispositif a été testé en 2021 dans les Ardennes, la Gironde et les Vosges.

À CONSULTER AUSSI >> Nouveau rejet par les députés LREM de l’individualisation de l’allocation adultes handicapés

Des associations représentant des personnes concernées réclamaient depuis longtemps cette réforme. D’après elles, les critères d’attribution de la PCH excluaient jusqu’ici les personnes porteuses d’un handicap mental : le bénéficiaire devait être incapable d’effectuer seul des activités quotidiennes essentielles (se laver, s’habiller, aller aux toilettes…). Or de nombreuses personnes porteuses d’un handicap psychique ne sont pas entravées pour ces gestes quotidiens, mais pour d’autres démarches : faire ses courses, aller chez le médecin, prendre le bus… Pour cela, elles n’avaient droit jusqu’à présent à aucune aide communique franceinfo.

Vous pouvez également aimer

Menu Title
Follow by Email
RSS