Votre actualité au quotidien

Tirreno-Adriatico : Alaphilippe remporte la 6e étape et double la mise

18/03/2019 – la surprise générale, Julian Alaphilippe a remporté ce lundi, la 6e étape du Tirreno-Adriatico.
Continuer la lecture

Les Gallois nouveaux dauphins des All Blacks au classement mondial

18/03/2019 – Grâce à son Grand Chelem dans le Tournoi des Six Nations, le pays de Galles gagne une place au classement mondial.
Continuer la lecture

Macron : un chef de l’Etat ne devrait pas faire ça

Macron : un chef de l'Etat ne devrait pas faire çaMacron : un chef de l’Etat ne devrait pas faire ça. En se plaignant auprès de Gérard Larcher du travail de la commission d’enquête du Sénat, le président de la République démontre davantage sa fébrilité envers l’affaire Benalla.

Un président de la République peut-il, sous couvert de défense de la séparation des pouvoirs, interférer dans le travail d’une commission d’enquête parlementaire en contestant, auprès du président du Sénat, la légitimité de la convocation pour une audition sous serment d’un ancien chargé de mission de l’Elysée, parallèlement mis en examen ?

Mais au Palais du Luxembourg, où LR dispose de la majorité, le scénario est moins contrôlable et la commission d’enquête présidée par Philippe Bas, lui-même ancien secrétaire général de l’Elysée, s’était dès le départ ouvert la possibilité de poursuivre ses travaux durant six mois.

Au départ, Philippe Bas s’était pourtant dit réticent à convoquer Alexandre Benalla pour ne pas gêner le travail judiciaire – précisément l’argument brandi par la ministre de la Justice dès le mois de juillet et encore ces derniers jours, tout comme par le chef de l’Etat dans son échange avec Gérard Larcher rapporté par l’Obs.

Comme si le ministre du Budget fraudeur fiscal, Jérôme Cahuzac, en son temps, mis en examen, n’avait pas été entendu par deux fois en 2013 devant la commission d’enquête qui s’était alors constituée à l’Assemblée.

Comme si mercredi, le commissaire de police Maxence Creusat, mis en examen pour avoir remis à Benalla, au soir des révélations du Monde, des images de vidéosurveillance de la place la Contrescarpe le 1er mai, n’avait pas été auditionné au Sénat.

Au fond, alors qu’Alexandre Benalla, qui n’avait en fait pas tellement le choix, a fini par dire qu’il se rendrait bien à sa convocation de mercredi prochain tout en dénonçant y être «contraint», l’attitude de l’Elysée comme du chœur macronien donne le sentiment que le Palais craint, plus que tout autre parole dans ce dossier, celle de son ancien de chargé de mission.

Cela ne suffit pas à rassurer l’Elysée, qui affirme que les réponses du directeur de cabinet et du secrétaire général de l’Elysée en juillet se suffisent à elles-mêmes et témoignent de sa collaboration sincère au travail de la commission.

A lire également : Europe Bruxelles veut renforcer la position des agriculteurs




Heure à Paris :


Hallucinant – Voici le compteur de la surpopulation mondial :

EDITO


Consulter les archives édito

Tabac, permis, salaires… Tout ce qui change ce 1er mars

01/03/2019 – C’est devenu un rituel, le prix du tabac augmente encore ce vendredi 1er mars. Objectif affiché par le gouvernement, empêcher les jeunes de commencer à fumer et inciter les fumeurs à arrêter.
Continuer la lecture

52% des Français estiment que les « gilets jaunes » doivent cesser leur mouvement

18/02/2019 – Une majorité de Français (52%, +15) estime que les « gilets jaunes » « doivent maintenant cesser leur mouvement et leurs actions (manifestations, blocages etc.) », selon un sondage Ifop pour le JDD publié dimanche.
Continuer la lecture


Privatisation d’Aéroports de Paris : le gouvernement obtient l’accord des députés

15/03/2019 -Quarante-deux voix pour, 17 contre. Après environ neuf heures de débats, les députés ont adopté, jeudi 13 mars dans la soirée, l’article 49 du projet de loi Pacte qui prévoit de supprimer l’obligation pour l’Etat de détenir la majorité du capital d’ADP.
Continuer la lecture