Le gouvernement se met tout le monde à dos et défie le peuple

Macron et PhilippeOn ne peut pas plaire à tout le monde. Mais quand on ne prend pas position, on finit par ne plus plaire à personne. C’est ce qui semble être en train de se passer au plus haut sommet de l’État sur l’épineux dossier de la réforme des retraites.

Un mouvement que redoute le gouvernement qui n’a toujours pas dévoilé l’intégralité de sa réforme et qui semble de plus en plus tétanisé face à la grogne à venir.

“Le projet, à terme, c’est de diminuer les pensions”, a dénoncé au micro de France Inter le président confédéral du syndicat, François Hommeril, qui estime que le gouvernement voit dans le versement des retraites une “dépense publique” et juge la réforme “dangereuse”.

Le Medef, par la voix de son président Geoffroy Roux de Bézieux, a enjoint le gouvernement à “trancher les points majeurs avant le 5 décembre”, dans un entretien accordé au Parisien.

Le gouvernement se retrouve donc pris en étau entre les syndicats et les catégories socioprofessionnelles, nombreuses, opposées à l’uniformisation des régimes spéciaux et le patronat qui souhaite, au-delà d’annonces claires sur le contenu, une réforme d’ampleur. Une annonce qui laissait percevoir l’improvisation au plus haut sommet de l’État pour une réforme technique et financière qui n’en nécessite aucune.

Matignon met en avant la large consultation avant de définir les contours précis de la réforme présentée comme la plus importante du quinquennat. Problème, les ministres ne sont pas à l’unisson derrière leur chef de file.

Ils sont de plus en plus nombreux à refuser l’un des scénarios de sortie de crise un temps envisagé à Matignon, celui de la fameuse “clause du grand-père”, qui consisterait à faire la réforme seulement pour les nouveaux entrants sur le marché du travail.

Afin d’harmoniser les positions et de “caler la feuille de route”, Édouard Philippe organise une réunion d’urgence dimanche 1er décembre avec l’intégralité de ses ministres, quatre jours avant “le mur du 5 décembre”, comme l’a qualifié un conseiller de l’Élysée. (NVAaQ) a ne pas en douter cette réunion de crise servira a lobotomiser les ministres afin qu’ils ne parlent que d’une seules et uniques voix.

Macron et Philippe se moque du peuple et plus particulièrement du petit peuple.

Il est évident que le but de l’Élysée et de Matignon est de faire baisser les pensions dans le futur. Le point de retraite voulu par Macron quel sera son prix ? sera t-il fixe dans le temps ?

Lire aussi : Fraude sociale le rapport choc de deux parlementaires




Vous pourriez aussi aimer

Laisser votre commentaire

Sortir
Masquer