Fraude sociale : le rapport choc de deux parlementaires

Fraude sociale : le rapport choc de deux parlementairesDepuis plusieurs semaines, la sénatrice de l’Orne Nathalie Goulet (UDI) et la députée Carole Grandjean (LREM) planchent sur le dossier explosif de la fraude sociale en France. Les prestations sociales en France représentent 450 milliards d’euros de versés chaque année. Autant dire que le dossier de la fraude sociale est tout aussi crucial qu’explosif, comme le résume la sénatrice.

On doit parvenir à aller jusqu’au bout des choses car c’est une vraie chance que nous a donné le Premier ministre et le Gouvernement de travailler sur une telle mission, c’est une grande première et c’est la preuve que ce dossier est essentiel.

Nathalie Goulet met très rapidement le doigt sur sa conviction profonde : « cette fraude sociale, ce n’est pas une fraude de pauvre ! C’est de la vraie fraude, organisée, pas du petit bricolage de survie… Notre système est pillé par des réseaux bien organisés. »

Nous sommes environ 66,9 millions de Français. Si on enlève les 12,8 millions de 0 à 16 ans qui ne sont pas obligés d’avoir une carte Vitale, on arrive à un trou de… 5 millions de cartes face aux 59,4 millions de cartes actives qu’annonce la Sécurité sociale dont on ne sait pas d’où elles sortent, c’est le paradis des morts-vivants ! »

Nathalie Goulet ajoute aussi une dimension surprenante : « 28% de la population ne réclame pas ce à quoi elle a droit, ce sont les non-recours aux droits. « Mais on ne peut pas se satisfaire du fait que le Gouvernement rende un rapport, il faut maintenant aller au fond des choses, je ne lâcherai pas », relève Nathalie Goulet. »

La clé tiendrait dans l’instauration d’un contrôle des caisses, « il faut remettre de l’ordre dans la maison… Avant de prendre de l’argent aux contribuables, prenons le aux fraudeurs ! On assiste à des aberrations comme des prestations sociales versées sur des comptes épargne ou bien sur des comptes à l’étranger… Il faut aussi avoir conscience de ce qu’il est susceptible de financer ensuite. »

Lire aussi : Les activités sur internet ont un impact environnemental

Vous pouvez également aimer

Laisser votre commentaire

Menu Title
Follow by Email
RSS