L214 épingle une bergerie du Nord pour la vente illégale de moutons

L214 épingle une bergerie du Nord pour la vente illégale de moutonsL214 a de nouveau frappé. L’association de défense des animaux épingle aujourd’hui une bergerie du Nord pour avoir vendu illégalement à des particuliers des moutons durant l’Aïd el-Kébir. Un à un, des dizaines de moutons aux pattes avant ligotées sont transportés dans des brouettes. Tel est le ballet incessant filmé le vendredi 8 juillet par l’association de protection des animaux L214 à la bergerie de la Société ovine Flandres Artois , à Deûlémont .

En cette veille de l’Aïd el-Kébir, fête célébrée chaque année par les musulmans qui procèdent à l’abattage rituel, l’association a dénombré 33 moutons vendus dans la journée pour être abattus. Un chiffre très probablement en-deçà de la réalité, car la caméra placée par L214 ne filmait qu’une partie du site. Les moutons étaient également disponibles à la vente depuis plusieurs jours.

Par ailleurs, en dehors de la période d’Aïd, tout abattage réalisé dans un établissement non agréé est considéré comme un délit passible de six mois de prison et de 15 000 euros d’amende, ce que rappelle la préfecture du Nord. « Ce n’est pas aéré, il fait chaud et l’on ignore combien de temps, ils y restent», s’insurge Sébastien Arsac, également porte-parole de l’association de défense des animaux. Les coffres de voitures ne sont pas des endroits pour transporter des moutons.

Sébastien Arsac fait toutefois remarquer que des contrôles auraient pu être faits facilement puisque la SOFA était même mentionnée sur le site de la préfecture, avec une implication dans l’Aïd connue de tous, contrairement à d’autres ventes clandestines plus difficiles à identifier. «Il y a deux lieux, la veille de l’Aïd et il se passe ce que l’on a filmé», déplore le cofondateur de L214.

SUR LE MÊME SUJET >> L214 interpelle Burger King sur le sort des poulets d’élevage

L214 y réclame une enquête afin de «déterminer le nombre de moutons vendus par la société SOFA et transportés illégalement.» Sébastien Arsac espère également une enquête sur les défaillances des services du gouvernement. En France, plus de 100 000 moutons sont tués chaque année sur une période comprise entre un à trois jours.

Bien que respectueux de la pratique religieuse, Sébastien Arsac évoque ainsi, pour les pratiquants, la possible mise en place d’alternatives à l’abattage.

Vous pouvez également aimer

Menu Title
Follow by Email
RSS