BNP Paribas mis en examen pour “blanchiment” de la famille Bongo

BNP Paribas mis en examen pour

La banque BNP Paribas a été mise en examen le 11 mai pour “blanchiment de corruption et de détournement de fonds publics” dans l’enquête sur le patrimoine en France de la famille du défunt président gabonais Omar Bongo, a appris jeudi l’AFP de sources proche du dossier et judiciaire.

BNB Paribas est soupçonnée d’avoir blanchi des dizaines de millions d’euros d’argent public gabonais.

La première banque française et européenne a été mise en examen le 11 mai pour “blanchiment de corruption et de détournement de fonds publics” dans l’affaire dite des “biens mal acquis”.

Une entreprise française de décoration intérieure, chargée de dénicher les biens immobiliers pour la famille du président gabonais et de les rénover pour plusieurs millions d’euros, entretenait une “relation quasi exclusive” avec Omar Bongo, conclut une note de septembre 2020 de l’Office central de répression de la grande délinquance financière (OCRGDF).

À LIRE ÉGALEMENT >> Les banques françaises championnes européennes du financement des énergies fossiles en 2020

Le clan Bongo a acquis douze biens immobiliers à Paris et à Nice “pour un montant de près de 32 millions d’euros” à partir des années 1990, recensent les enquêteurs.

Parmi ce patrimoine : deux hôtels particuliers rue Dosnes et rue de la Baume dans les huppés VIIIe et XVIe arrondissements de Paris (acquis l’équivalent de 3,5 millions d’euros en 1997 et 18 millions d’euros en 2007), ainsi que la villa Saint-Ange à Nice (1,75 million d’euros en 1999).

Aucun membre de la famille Bongo n’est mis en examen à ce jour dans cette information judiciaire, ouverte en 2010 et qui porte également sur la famille de Denis Sassou Nguesso, président du Congo-Brazzaville.

Vous pouvez également aimer

Laisser votre commentaire

Menu Title
Follow by Email
RSS