25 avril 2024

Votre Actualité au Quotidien

politique, médias, religieux, sport …Allez à l'essentiel

Rachida Dati se dit “gênée” par “la sanction collective” contre la sortie du film de Jacques Doillon

Rachida Dati se dit « Reporté jusqu’à nouvel ordre». Après l’annonce mardi du producteur d’Arena Films, Bruno Pésery, de reporter à une date ultérieure la sortie du nouveau film de Jacques Doillon, CE2, prévue à l’origine le 27 mars, en raison de l’accusation de viol sur mineure déposée par Judith Godrèche contre le cinéaste, la ministre de la Culture, Rachida Dati, invitée de France Culture jeudi 29 février, se dit « gênée » par « la sanction collective», le fait « de punir tout un film».

Pour Rachida Dati, « la liberté de création doit être absolue, mais la pédocriminalité ce n’est pas un art, les violences sexuelles ce n’est pas de l’art ». Ce constat posé, la ministre dévoile son « avis personnel » sur l’annonce du report de la sortie du prochain film de Jacques Doillon : « Un livre, par exemple, c’est une œuvre individuelle. Vous pouvez très bien sanctionner un auteur, c’est une sanction individuelle. Un film, c’est une œuvre collective. Doit-on punir, sanctionner, tous les autres talents, tous les techniciens, les maquilleurs, les secrétaires, les régisseurs, ceux qui investissent aussi dans ce film ? »

À CONSULTER ÉGALEMENT >> Selon la ministre de la Culture, l’Arcom peut réguler la nouvelle téléréalité « Frenchie Shore »

« Je suis plus gênée par rapport à la sanction collective», explique Rachida Dati, le fait « de punir tout un film, de punir tous les artistes sous diverses formes en raison d’un comportement inapproprié ou illégal, pénalement répréhensible, d’une personne. » Pour elle, « nous sommes dans un pays de responsabilité individuelle, pas de responsabilité collective».

N'hésitez pas à nous suivre et à nous aimer :
author avatar
Société de médias - PCI

Laisser votre commentaire

Envoi par email
RSS